28 septembre 1916

28 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je crois que ce que je te disais hier au début de ma lettre et que je tiens de quelqu’un qui a tout vu, est vaguement ressenti dans un certain public. Je voyais ce matin Penhaud [1] de la direction de l’Orléans, qui m’a demandé si cela n’était pas arrêté. Mais dans les milieux parlementaires je n’ai recueilli aucune impression de cette nature.

Coup de téléphone tantôt de Joseph Cornudet [2] qui parlait au nom de ses collègues de la commission des Affaires extérieures. Celle-ci s’était réunie hier et avait été très émue de notre article de dimanche dont elle compte faire un petit incident. Si la commission a été critiquable pour les affaires bulgares, m’a-t-il dit en substance, il n’y a aucun reproche à lui adresser dans l’affaire grecque. Elle n’a cessé d’être très ferme et de réclamer la fermeté. Si notre rôle n’est pas mieux apparu, c’est que la censure a continuellement coupé les notes que nous avons voulu publier.

Nous sommes très contents de les avoir aguichés, il est probable qu’ils vont en demander compte à Briand. Les porte-parole de ce dernier continuent à colporter les impressions tendancieuses dont je te parlais hier. À un déjeuner chez un diplomate de mes amis ce matin, l’un d’eux a été jusqu’à faire cette extravagante comparaison d’assimiler le cas Venizélos au cas Boulanger [3].

Triantaphyllidès est revenu ce matin me mettre au courant de ce qui se passait à Athènes et dont tu trouveras partie dans le journal. Le gouvernement, pour gagner du temps, a fait demander à l’Entente quelles seraient ses conditions pour la sortie de neutralité de la Grèce. Tu vois le jeu. Mais l’Entente a répondu : Parlez vous-mêmes. Il serait très dangereux d’entrer dans cette voie et de négocier encore pour finir par être dupé. Triantaphyllidès m’a dit : Le roi ira jusqu’au bout et j’ai là-dessus les renseignements les plus certains. J’ai communiqué dès hier mes dépêches au Quai d’Orsay et j’espère qu’on comprendra. Mais veut-on comprendre ?

J’ai eu une série de visites, je ne puis continuer mon bavardage. Voici la fameuse lettre [4] de Raffin-Dugens dont je t’ai parlé, copiée sur l’original qu’avait Pugliesi-Conti. J’y vois que ce capitaine avait eu la sottise d’écrire à Raffin.

À toi.

Et

[1] Penhaud. Directeur à la Compagnie des chemins de fer de l’Orléans.

[2] Joseph Cornudet (1867-1938). Juriste. Homme politique. Député républicain progressiste de Seine-et-Oise (1898-1924). Membre de la commission des Affaires extérieures.

[3] Georges Boulanger (1837-1891). Il renonce en 1889 à un projet de coup d’État et s’enfuit en Belgique où il se suicide sur la tombe de sa maîtresse.

[4] Cf. lettre du 25 septembre 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *