27 septembre 1916

27 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Rigoureusement pour toi.

Tout le monde ici est naturellement très heureux du grand succès franco-britannique. Certainement c’est une grosse chose mais, néanmoins, je tiens d’une source indiscutable que le résultat n’est pas celui que l’on cherchait. Du côté britannique, tout a été parfait et très brillant. Du nôtre, il y a eu des surprises dues à cet écueil, toujours signalé par mon ami Laurier, de l’insuffisance du matériel.

D’autre part, un bruit assez fâcheux a circulé à la Chambre et qui a pris naissance dans une dépêche allemande annonçant le coulage en Méditerranée par un sous-marin d’un transport de troupes. Aucune confirmation n’est venue jusqu’ici. J’ai même fait [x] Tergnier [1] le rapporteur de la commission de la Marine, mais il n’a pas pu nous dire si réellement la nouvelle était fondée. On en est toujours à cette dépêche allemande.

D’autre part, alors ceci, un peu meilleur, c’est que si l’amiral Coundouriotis [2] est parti avec Venizélos, un grand cuirassé grec aurait arboré le pavillon de la révolte. Ça, c’est meilleur.

Mais dans l’entourage de Briand, si j’en juge par la conversation d’Alter ego venu me voir tout à l’heure, on dit tout bas que la révolution n’a pas pris l’ampleur que l’on avait escomptée, que si Venizélos est parti, on ne sait pas très bien dans quelles conditions, qu’ayant une fois quitté Athènes il ne pourra peut-être pas y rentrer, etc., etc. Il semble qu’on cherche un peu à justifier l’inaction par l’inopportunité des mesures de coercition. Je te dis cela pour ce que ça vaut.

Nous avons eu hier notre dîner qui a été vraiment tout à fait intéressant. Il y avait là, parmi les vingt-deux convives, un attaché au cabinet d’un ministre ami. Il m’a dit que pendant deux jours Sarrail avait été considéré comme débarqué. Il avait refusé de marcher tant que le roi Constantin ne serait pas à bord d’un de nos cuirassés. Il n’avait peut-être pas tort.

Tout à l’heure, un ancien commandant que je connais est venu me voir pour me porter quelques nouvelles de Salonique reçues d’un de ses amis le commandant T. qui a lui-même écrit des ouvrages assez remarqués. Ce dernier, tout ce qu’il y a de plus catholique et pratiquant, estimerait malgré tout beaucoup Sarrail. Il écrit que la division italienne est superbe, admirablement pourvue de tout, et il ajoute : Ils sont presque trop bien car nos troupes à côté paraissent misérables.

Au revoir, old man, bien affectueusement à toi.

Et

 

[1] Non identifié.

[2] Paul Coundouriotis (1855-1935). Grec. Marin. Amiral. Homme politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *