26 septembre 1916

26 septembre 1916

 

Les bruits les plus optimistes circulent, mon cher Pierre. Nous voici de nouveau partis pour la gloire. À la Chambre, tout à l’heure, on annonçait la prise de Combles avec cinq mille prisonniers et pas mal de matériel. Si du reste on en croit le communiqué d’aujourd’hui, cette prise ne paraissait plus être qu’une question d’heures. Enfin, nous verrons ce que nous donnera le communiqué de cette nuit.

Tous les autres fronts sont plus laconiques, en Orient on avance peu et j’avoue ne pas très bien comprendre cette marche sur Monastir. Est-ce que Sarrail a préféré aller dans ce sens où il sait qu’il sera paralysé dans un délai très court et pourra tout à son aise appliquer sa volonté de ne rien faire ? En suivant la mer, l’hiver n’aurait pas entravé les opérations et il aurait pu aller joindre les Russes. Enfin, je ne sais pas, ce sont de pures hypothèses et il y a peut-être de bonnes raisons à cette tactique.

Le mauvais effet du discours à la Chambre de Roux-Costadau [1] n’a pas été long à se faire sentir. Le Berliner Tageblatt et la Neue Freie Press entonnent des chants de triomphe. Nous avons perdu cinq millions d’hommes et les campagnes françaises sont des déserts. De plus, il y a beau temps que le moral des classes dirigeantes est tout à fait abattu. Les deux journaux mettent tout cela dans la bouche dudit Roux-Costadau dont ils font un des députés les plus connus et les plus influents du Parlement.

J’ai eu des détails plus précis sur le scandale d’Évreux [2]. La chose ne s’est pas passée dans l’hôpital même mais dans un petit hôtel fort convenable d’aspect mais qui possède une entrée indépendante. Trois ou quatre de ces bonnes femmes se rendaient là avec leurs malades et on y sablait gaiement le champagne en même temps qu’on y débridait toutes les plaies. Comme on a fait filer la dame qui était restée ainsi suspendue à l’hameçon, le médecin chef s’est écrié : Quel bon débarras ! Elle retardait la guérison de tous mes malades.

À Pithiviers il y a aussi des nègres, m’écrit-on, et grand scandale à ce sujet, non pas que les vertueuses dames de Pithiviers pensent à imiter Évreux mais les noirs abusent du droit de croire que leur couleur est un vêtement… et ces dames ne franchissent plus le seuil des pièces où l’on voit de belles horreurs. Le médecin, très malin, a ajouté incidemment que ces messieurs sans voiles sont anthropophages à leurs moments perdus. Il est ainsi resté maître de son hôpital avec deux ou trois infirmiers.

C’est le seul hôpital, paraît-il, qui vive en paix à Pithiviers. Dans les autres, c’est la guerre à coups de langues. « Ab uno disce omnes ».

Ton vieil

Et

 

Alter ego me téléphone qu’en effet Combles serait prise mais tu le sauras bien avant moi.

Et

[1] Henri Roux-Costadau (1875-1946). Homme politique. Député socialiste de la Drôme de 1910 à 1919.

[2] Cf. lettre du 14 septembre 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *