25 septembre 1916

25 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai reçu hier une lettre prodigieusement  intéressante qui m’a été envoyée par mon ami Laurier et j’en ai pris des éléments que tu pourras lire dans notre papier de ce soir et je suis sûr qu’ils t’intéresseront à ton tour.

Pugliesi-Conti avait écrit avant-hier une lettre au président de la commission de l’Armée lui demandant d’examiner si le sieur Raffin-Dugens, qui s’intitulait le camarade des Allemands qui tuent nos compatriotes, devait continuer à faire partie de cette commission dans laquelle sa présence ne pouvait donner aucune sécurité aux délibérations. La censure nous a interdit et a interdit à tous les journaux de publier cette lettre. Mais Raffin-Dugens avait lui-même écrit à un officier du génie dont le nom m’échappe la lettre la plus injurieuse, la plus antipatriotique qui soit. Il y disait notamment que c’était tous ces officiers et ces suppôts de réaction les auteurs de la guerre, qu’il était temps d’y mettre fin, etc. Cette lettre a, même chez les socialistes, soulevé l’indignation et, tout à l’heure, dans les couloirs de la Chambre, chacun disait : En voilà assez. Mais qu’y faire ? Si on l’arrêtait, le remède serait pire que le mal. On en ferait aussitôt un martyr, et les quelques partisans qu’il a s’adjoindraient aussitôt un certain nombre de gens qui marchent avec la majorité et qui, à l’heure actuelle, se tâtent pour savoir de quel côté est leur intérêt électoral.

Malgré tout, ces inconscients font beaucoup de mal dans leur région. Un de mes amis [1] gros propriétaire de terres en Creuse, dans l’Allier et ailleurs, me disait que la situation dans l’Allier était abominable. Ses domaines sont dans la circonscription de Brizon qui a donné le conseil aux fermiers ou métayers de lâcher le domaine en se faisant payer l’excédent du cheptel. Tous ces gens-là, ajoutait mon ami, sont prêts à mettre le feu partout au moindre mouvement qui se dessinerait. Chez nous on est moins mauvais, mais si la propagande gagnait, ils seraient dans les premiers à être gangrenés, d’autant que Bourdeau dans le Limousin me dit que le pays est à l’instar des gens de l’Allier. C’est la menace et elle est sérieuse. Les actes suivront si nous n’arrivons pas à décrocher quelque victoire qui ferait renaître de l’enthousiasme.

De tous les côtés, on me dit que l’action est engagée vigoureusement dans la Somme et que cela s’étendra jusqu’à la Champagne. On doit me téléphoner ce soir s’il y a des nouvelles et quelles elles seront. Là-dessus tu dois être fini.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 1er décembre 1916. Ce personnage est conseiller général. Il s’agit probablement d’Henri Thonier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *