24 septembre 1916

24 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Aujourd’hui, dimanche, je n’ai rien de particulièrement intéressant à te signaler sauf une conversation du secrétaire général de la Présidence [1] avec un de mes collaborateurs qui a laissé entendre à ce dernier que l’on préparait un coup solide sur notre front (?). D’autre part, un rédacteur du Matin disait au même que les Allemands avaient amené sur la Somme, du côté de Saint-Quentin, une énorme artillerie et que Verdun allait recommencer, mais qu’on le savait et qu’on y était préparé (?).

Les Grecs à Paris paraissent de plus en plus surexcités, et comme ce sont ces colonies helléniques qui détiennent toute la galette, la répercussion pourrait bien à la fin s’en faire sentir. Au moment du congrès auquel j’avais assisté et pris la parole, nos Grecs croyaient encore pouvoir arriver par les voies constitutionnelles. Ils s’aperçoivent aujourd’hui que c’était une illusion. Ce serait parfait si on arrivait à les faire agir. Notre article, il y a deux ou trois jours, n’avait pas d’autre sens que de leur faire entendre qu’il ne fallait pas uniquement compter sur l’Entente mais aussi sur eux-mêmes.

Il y a eu tantôt, à 3 h, une réunion rue Serpente [2] à laquelle doit parler Triantaphyllidès. Je n’ai pas encore de détails, mais il pourrait se faire que cela soit chaud.

On se demande ce que va être l’emprunt. J’ai causé avec un de mes camarades qui est chef de bureau à la Caisse d’épargne postale. Il n’est pas tout à fait rassuré sur le succès. Il y a cependant beaucoup d’argent en circulation bien que dans leur boîte ils ont chaque jour cent cinquante mille d’excédent de dépôts sur les retraits. C’est prodigieux. Mais, comme me disait mon chef de bureau, on a eu soin d’effarer les capitaux par la plus absurde politique financière et politique tout court, et l’on ne sait ce que feront les gros capitalistes.

Lyautey fait venir au Maroc toute une caravane dans laquelle j’aurai l’excellent Raymond Koechlin [3] et peut-être de Caix dont le départ n’est jamais certain une heure avant le train. De toute façon, je suis sûr d’avoir de bonnes lettres d’un côté ou de l’autre car Koechlin part ce soir. Dans cette caravane se trouvera évidemment Colrat et quelques autres seigneurs. Le nez de Lyautey doit être assez solide car il faut s’attendre à ce qu’il y ait de fameux encensoirs cassés dessus. Il aime bien cela et sait préparer ses effets.

Dans nos milieux journalistiques on parle beaucoup d’une affaire qui ne t’intéresse évidemment pas beaucoup mais qui a sa petite importance à cause de la personnalité dont il est question. Henri Letellier [4] rentrerait au Journal avec un ancien administrateur nommé Lemaire [5] qu’Humbert avait évincé au début. On prétend qu’Humbert, qui avait beaucoup promis, ne paierait plus et qu’il serait petit à petit éliminé. Qu’inventera ce gros homme s’il quitte le Journal, je ne sais, mais sûrement il inventera quelque chose. Les affaires ne se passeront pas facilement d’une force comme celle d’un gros canard. Je suis bien convaincu également qu’il a su se servir de sa campagne Canons ! Munitions ! et que si le Journal n’a pas gagné grand-chose, lui au moins a dû en faire son profit. Un jour qu’au Sénat il était particulièrement agité et violent, le père Milliès-Lacroix [6], qui est loin d’être une lumière mais qui est très honnête homme, lui a parlé de certaines campagnes en Amérique. Le ton a aussitôt baissé de dix points.

Ton vieil

Et

 

[1] Olivier Sainsère est alors secrétaire général de la présidence de la République. Cf. lettre du 18 septembre 1916 [2].

[2] Il s’agit peut-être du siège du congrès des colonies helléniques.

[3] Raymond Koechlin (1860-1931). D’une famille de filateurs, Koechlin-Mieg de Mulhouse. Juriste. Rédacteur puis responsable du service de politique étrangère du Journal des Débats. Fondateur et secrétaire général de la Société des Amis du Louvre. Collectionneur d’art oriental et de peinture.

[4] Henri Letellier (1868-1960). Journaliste. Propriétaire du Journal.

[5] Eugène Lemaire (1874-1948). Journaliste. Ancien administrateur du Journal.

[6] Raphaël Milliès-Lacroix (1850-1922). Sénateur radical socialiste des Landes (1897-1922).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *