23 septembre 1916

22 [sic] septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Il se manifeste en ce moment dans les milieux économiques d’assez grandes inquiétudes sur la situation de la France au point de vue du commerce extérieur et des conséquences qui en résulteront. Ce fut le thème d’une longue conversation qui eut lieu chez nous ce matin. Nous prenons certainement près de 70 % de tout ce que nous consommons à l’étranger, et il n’est pas exagéré de penser qu’à un moment donné la position deviendra critique. Loin de songer à limiter ces achats, chacun de nous ne pense au contraire qu’à continuer ses habitudes sans songer que la cigarette qu’il fume augmente la créance extérieure. L’un de ceux qui étaient ici aujourd’hui a dit une phrase qui pouvait paraître un paradoxe et qui, si on veut y réfléchir, est une vérité : « Étant donné le service que le blocus a rendu aux Allemands… » Il avait raison mon économiste, car les Allemands ont appris à se priver, à se gêner dans toutes les manifestations de leur existence. Chez nous, il semble qu’il y ait au contraire un redoublement de luxe et de bien-être et l’on ne peut admettre la plus petite gêne ni même la possibilité d’une gêne du fait de la guerre.

Ce sont des choses que vous devriez dire dans un article, a ajouté un autre. Ce dernier a raison. Nous l’avons déjà laissé entendre à propos des douanes, de la vie chère et de tant d’autres occasions, mais il m’apparaît malgré tout comme dangereux de l’exposer en un langage trop clair.

À la suite du grand article que nous avons publié sur l’impérialisme adriatique, j’ai reçu seize pages de l’envoyé à Paris de la Société Dante Alighieri, Attilio Tamaro dont je crois t’avoir parlé déjà [1] et qui mène ici la propagande irrédentiste contre les Yougoslaves. Sa lettre est un véritable chef-d’œuvre à conserver et qui vaudra plus tard son pesant d’or. Contradiction, arguments douteux sinon mauvaise foi, tout y est.

Il paraîtrait que cet Attilio Tamaro ne suffit pas, car on m’annonce la venue à Paris de deux officiers chargés par l’Italie de rectifier un peu l’opinion française que l’on trouve par trop serbe et pas assez italienne.

Du reste, quand on y réfléchit, on se demande s’il ne serait pas faire preuve de prévoyance que de donner satisfaction à l’Italie en lui laissant le droit à développer son impérialisme adriatique. Ce serait la lutte forcée avec les Yougoslaves, la guerre à l’état endémique probablement, et sa paralysie quasi complète pour des années du côté occidental, c’est-à-dire sur nos frontières.

J’ai causé quelques instants hier avec William Martin [2], le chef du protocole, un vieux collègue à moi. Il me demandait ce que je pensais des événements. Heu ! Heu ! lui ai-je répondu diplomatiquement. Dans le fond, ce Heu ! Heu! était bien tout ce que ma pensée pouvait exprimer à cette heure de la journée, il était 7 heures du soir. Petit à petit, nous en sommes arrivés à parler du président du Conseil. Vraiment, m’a-t-il dit, notre Premier a un peu trop abusé de la réclame. – C’est vrai, ai-je répliqué, mais il y a autour de lui des thuriféraires plus soucieux de se faire bien voir de lui que de lui donner des conseils désintéressés. – Mais il a su leur imposer ses volontés et leur donner le mot d’ordre. – Cela, j’en suis certain, et notre cher Briand sait très bien qu’au moindre clignement d’œil son entourage ne court pas mais vole. Cependant, William Martin a un peu excusé les lenteurs des décisions par le fait de l’incapacité anglaise de comprendre. Ils viennent enfin de comprendre, paraît-il. Dieu soit loué.

Au cours de la conversation, un petit mot lui a échappé, bien significatif, je l’ai enregistré. Que voulez-vous, m’a-t-il dit, le prince André [3] à Londres et le prince Georges [4] ici, tout devait être difficile.

Amitiés, old chap.

Et

 

[1] Cf. lettres des 16 août 1916 et 17 août 1916.

[2] William Martin (1865-1947). Diplomate. Ministre plénipotentiaire depuis 1912, il est chef de service du protocole du ministère des Affaires étrangères, introducteur des ambassades depuis le 1er novembre 1913.

[3] Prince André de Grèce.

[4] Prince Georges de Grèce.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *