22 septembre 1916

22 septembre 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Un industriel qui revient de Dunkerque où il était allé livrer des pièces pour les bateaux, me dit qu’il a vu dans ce port :

1° Plusieurs monitors anglais complètement neufs pour la plupart.

2° De très nombreux grands chalands militaires, neufs aussi, venant d’Angleterre avec leurs remorqueurs. Du matin au soir, depuis huit jours, des Anglais en nombre très important font des exercices d’embarquement et de débarquement rapides.

Qu’est-ce qui se prépare par là ?

J’ai causé ce matin un assez long moment avec un jeune serin qui fut mon collaborateur [1] (je dis jeune, hélas il est dans nos âges) et qui est aujourd’hui attaché au cabinet de notre ami philhellène [2]. Ce garçon était sur son départ pour la Roumanie appelé par Saint-Aulaire lorsque son rôle est devenu inutile par suite de l’entrée en campagne du roi Ferdinand. Il a vu pas mal de choses et sa situation actuelle lui en fait voir d’autres. Bien qu’il soit un peu daim, il faut l’écouter et prendre ce qu’il dit comme un reflet des pensées de ses patrons. Tu penses qu’étant donné ces derniers ce ne doit pas être un optimiste, et en effet il ne l’est pas. Il redoute un coup énorme allemand dans la Dobroudja. Mais, lui ai-je dit, il me semble que les Allemands y sont dans la Dobroudja et la dépêche de ce matin a l’air d’indiquer que cela va moins bien pour eux, bien que le manque de détails ne nous permette guère de juger l’importance de ce que l’on appelle une victoire. Certainement, m’a-t-il répondu, ce que je crains c’est un coup bien plus important encore. Les Allemands peuvent amener là une masse de troupes et s’emparer du chemin de fer.

C’est toujours la même question. Sont-ils en état d’amener des renforts plus considérables ou du moins assez importants pour mater l’adversaire ? Cela m’a l’air très improbable.

Mon homme ajoutait : Voyez ce qu’ils ont fait à Silistrie, ils ont capturé près de trente mille hommes. C’est grave et inquiétant. Avez-vous lu l’article d’Hervé [3] ? (là, sa conversation a été intéressante). Il indique tout cela et Hervé est l’ami intime de Sarrail, son confident. Il fut même son commensal habituel à l’hôtel du Louvre lorsque Sarrail revint en disgrâce à Paris. Toujours est-il, continua mon ancien collaborateur, que l’affaire de Turtucaïa a amené un incident énorme. Bratiano s’emporta contre Saint-Aulaire, et ce dernier parla de donner sa démission. Il écrivit même à Paris pour dire que si Sarrail continuait à rester dans l’inaction il démissionnerait aussitôt. Les affaires s’arrangèrent par la suite, mais ce fut grave pendant quelques jours.

Hier au soir, à l’Intérieur, on faisait grand bruit. On était assez monté contre les Anglais qui disaient ou avaient lancé dans le public leurs nouveaux crocodiles [4] pour s’en approprier la gloire alors que l’idée en était française. Une note de chez Albert Thomas a ce matin tout remis en place et donné à chacun la part qui lui revient dans l’invention et la réalisation.

Au revoir, mon cher Pierre.

Ton vieil

Et

 

[1] Il s’agit d’Henry de Montardy. Cf. lettre du 12 août 1916.

[2] Denys Cochin.

[3] Gustave Hervé (1871-1944). Avocat, agrégé d’histoire. Militant dans le mouvement ouvrier, il défend un antimilitarisme radical et un refus absolu de la guerre. Il fonde en 1906 La Guerre sociale qui devient en 1916 La Victoire et défend dès lors des positions proches de la défense nationale. Il s’agit probablement d’un article paru dans La Victoire.

[4] Les nouveaux crocodiles sont les chars.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *