21 septembre 1916

21 septembre 1916

 

Old chap,

 

Ma lettre trop longue déjà d’hier ne m’a pas permis de parler d’un bruit qui courait déjà depuis quelques jours ici, et qui s’est malheureusement confirmé heureusement moins grave qu’on ne l’avait cru tout d’abord. Peut-être dans les états-majors avez-vous eu tout de suite connaissance de l’accident [1] et es-tu au courant des détails ?

Il s’agit du tunnel qui relie Tavannes à Souville. Depuis des mois, nos hommes y étaient installés à l’abri et on avait dans ce tunnel mis des réserves de munitions. Un jour, un mulet portant un chargement de grenades se mit à ruer ou buta. Toujours est-il que des grenades éclatèrent et que, de proche en proche, tout le tunnel sauta. On ne commença à en parler qu’à la fin de la semaine dernière et on donnait le chiffre de huits cents pour les morts. Nous avons appris hier que l’explosion datait déjà du 20 août, qu’il n’y avait eu que cent trente ou cent cinquante morts, mais un grand nombre de blessés et la perte de tout le matériel. Un général de brigade y a perdu la vie.

Alter ego vient de me téléphoner à l’instant qu’on annonçait la victoire complète des Roumains dans la Dobroudja. Si c’est vrai, c’est un gros poids de moins pour nous. Cette situation ne laissait pas que de beaucoup m’inquiéter, connaissant le chiffre relativement très minime des Russes qui avaient passé la frontière, soixante mille comme tu le sais. La retraite de Transylvanie, ou plutôt le tassement, aurait été dû justement aux troupes que les Roumains avaient dû retirer de la frontière hongroise pour les transporter en Dobroudja.

J’ai su également avec plaisir que Briand avait tenu compte du renseignement que je lui avais donné sur le renforcement de la garnison d’Athènes par des troupes prises dans les centres gounaristes. Ici on n’y croyait guère et on était assez sceptique sur les conséquences. Comme j’avais parlé assez ferme et très sûr de mon fait, je crois qu’on en a aussitôt avisé Londres et que mes affirmations ont été reconnues exactes. Alter ego me dit que Londres semble vouloir entendre raison depuis deux jours et que du reste il serait exact que la Grèce aurait réclamé ses prisonniers à l’Allemagne.

  1. Domergue[2], que tu dois connaître, qui est d’un protectionnisme enragé à la tête d’un organe qui se nomme La Réforme économique, m’a dit aujourd’hui une chose dont je n’avais eu aucun indice et qu’il tient, lui, d’un officier d’état-major du 2e Bureau. Il paraîtrait qu’il y aurait une plainte en forfaiture déposée contre Sarrail à la Légion d’honneur et la plainte d’un général prétendant que Sarrail avait refusé de venir lui porter secours. Je te donne cela pour ce que ça vaut, peut-être rien.

J’ai mis dans mes projets d’aller ce soir dire bonjour à Marguerite, je ne sais si je pourrai le réaliser.

Good bye, dear.

Et

 

[1] Le tunnel de Tavannes est construit en 1870 avant l’annexion de la Moselle par la Prusse. Il permet de relier par voie ferrée Metz à Verdun. Sa longueur est de 1400 mètres. Après 1874, on installe quatre corps de garde et un pont pour surveiller le tunnel. Un projet prévoyait de le relier par une galerie au fort de Tavannes pour empêcher l’ennemi de contourner les forts de Tavannes et de Souville. Pendant la guerre, le tunnel sert d’abri aux Français qui y entreposent des munitions. Le 4 septembre 1916, l’explosion accidentelle d’une grenade provoque plus de 500 victimes.

[2] Jules Domergue (1852-19). Journaliste. Directeur-fondateur (1892) et rédacteur en chef de la Réforme économique. Il est secrétaire perpétuel de la Société d’économie politique nationale et membre de la commission permanente du Conseil supérieur de l’agriculture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *