31 août 1916

31 août 1916

 

Mon cher Pierre,

 

La lettre de Gasparri est sortie ce matin [1]. Elle est d’une terrible platitude. Je crains bien que ce ne soit pas avec des discours de ce genre que l’on arrive à créer un mouvement d’opinion. En tout cas, cela a ce bon côté de réveiller de temps en temps la question de la représentation auprès du Vatican et, somme toute, le Journal n’ayant aucune couleur autre que celle de chercher des bénéfices, il ne peut en résulter aucune méfiance politique.

Le Temps d’hier au soir a enregistré le bruit dont je te parlais, celui d’une bataille navale, qui paraît être tout à fait controuvé. Je crois avoir raisonnablement fait en m’abstenant de le mentionner.

À propos de ces bruits fantastiques, il en a circulé un toute la journée qui nous a même valu un coup de téléphone de la censure pour nous prier de ne pas tenir compte de la dépêche qui lui avait donné naissance. C’était une Reuter de Salonique je crois : Le roi de Grèce s’était enfui à Larissa où il avait trouvé une escorte de trois cents uhlans. Les Anglais avaient débarqué à Athènes et livré combat à Tatoï. Plusieurs princes avaient été tués au cours de la mêlée.

Il est curieux de voir comment les services de censure et de surveillance conservent les secrets. Tu sais qu’aucune dépêche ne peut être remise si elle n’a pas été examinée par le bureau central et, par conséquent, ne devraient être connues que celles que l’on autorise. Il n’en est pas moins vrai que tout Paris était au courant deux heures après, par qui, si ce n’est par ces messieurs qui se précipitent sur leur téléphone et annoncent ces nouvelles sensationnelles à toutes leurs petites amies. Ceci est une dépêche d’agence, c’est vrai, mais c’est absolument la même chose pour nos dépêches qui, cependant, sont notre propriété. On les arrête et nous ne les revoyons jamais, bien que nous les ayons payées, elles sont cependant le secret de polichinelle.

Un de mes collaborateurs a dîné hier soir avec Larrouy [2] qui épouse la petite Decori [3]. Je t’ai parlé déjà de ce Larrouy qui signe René Milan et qui a organisé les bases d’hydravions de Salonique et de Corfou. Il prétend avoir vu les conditions de paix des Alliés qui lui auraient été montrées par le prince Alexandre : La rive gauche du Rhin jusqu’à Mayence ; Trieste, Pola et Fiume [sic] à l’Italie ; un ou deux ports à la Serbie ; la rive asiatique de Constantinople aux Russes ; la rive européenne neutralisée. Dans ce que m’a raconté mon collaborateur, il y a certainement une erreur au point de vue de l’Orient car il m’a parlé de la résidence de Padirhah. Il doit revoir Larrouy dimanche et se fera donner une autre explication.

Le bruit courait tantôt au Quai d’Orsay que les Bulgares auraient attaqué les Roumains sans plus attendre. On n’avait aucune confirmation officielle, mais ce n’est pas invraisemblable et bien dans la manière allemande. Nous y faisons du reste une allusion dans notre article.

De plus en plus, on dit que Sarrail va enfin se décider à faire une opération d’envergure. On a beaucoup tardé déjà. Tous les amis dudit Sarrail proclament à grands sons de trompe qu’on doit s’attendre à des combinaisons militaires extraordinaires. Je me méfie un peu des succès claironnés ainsi.

Au revoir, mon cher Pierre, crois-moi toujours ton affectionné.

Et

[1] Cf. lettre du 29 août 1916.

[2] Maurice Larrouy (1882-1939). Officier de marine. Écrivain sous le pseudonyme de René Milan. Il écrit des romans maritimes et exotiques dans l’esprit de Pierre Loti. L’odyssée d’un transport torpillé reçoit le Prix Fémina en 1917.

[3] Denise Decori épouse Maurice Larrouy.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *