30 août 1916

30 août 1916

 

Le bruit court, mon cher Pierre, qu’il y aurait eu une bataille navale de grande envergure, que les deux tiers de la flotte allemande serait par le fond et que vingt bateaux anglais auraient coulé et que ce serait un gros échec pour l’Allemagne. ? ? Je n’en sais pas plus, il n’y a qu’à attendre les nouvelles.

À l’archevêché, on croit savoir que les négociations du pape en faveur des populations du Nord déportées seraient sur le point d’aboutir et que nos malheureux compatriotes ne tarderaient pas à être ramenés dans leurs foyers. Mgr Amette, cependant, n’a pas été très précis, il s’est borné à donner cette information encore un peu dubitatoire.

Tu savais qu’il y a un grand nombre de Belges qui demanderaient l’annexion du Luxembourg à la France. Au cours d’une petite discussion que nous eûmes ce matin à propos d’un livre de Nothomb qui s’appelle La Bavière [1], j’ai su par un Belge, Wilmotte, que le Luxembourg préférait de beaucoup garder sa situation privilégiée, mais que s’il était obligé d’entrer dans le sein d’un pays il ne voudrait pas du tout être incorporé dans la Belgique mais choisirait la France. Un referendum à ce sujet, ajoutait Wilmotte, serait écrasant. La conclusion est qu’il serait dangereux pour la Belgique de sept millions d’habitants de s’annexer trois millions d’Allemands. D’autre part, si le Luxembourg passait à la France, ne trouverait-on pas que nous étendons nos tentacules et que nous entourons la Belgique d’une façon trop alarmante. Nous ne sommes pas encore à nous partager les dépouilles du vaincu !

Je t’avais laissé hier, me réservant de te faire part de la conversation avec Wilmotte. Nous avons donc longuement causé des pays scandinaves où il fait à la légation la besogne dont je t’ai parlé.

On n’a pas assez tenu compte en France, m’a-t-il dit, de la journée du 17 mai en Suède où les activistes ont été définitivement battus. Les activistes étaient le parti pro-germain qui aurait voulu une intervention active de la Suède en faveur de l’Allemagne. Voici les débuts de l’affaire. Wilmotte avait, en janvier, une conversation avec un des grands armateurs du Nord et celui-ci lui dit, sans qu’il y prête une très grande attention, que l’on fomentait une grève parmi les ouvriers bûcherons et autres au nord de la Suède, que cette grève pouvait avoir de grosses conséquences pour les Russes en raison du voisinage de la Finlande. Le mouvement pouvait s’étendre aux Finlandais et accrocher des troupes russes dans la province. Comme je te le disais, Wilmotte en a pris note mais sans beaucoup ajouter créance à ce bruit lorsque, quelques jours plus tard, le ministre d’Angleterre lui dit très légèrement : Vous savez qu’il est question de faire la grève générale et qu’à cette occasion la Suède va être obligée de mobiliser. – Alors, Wilmotte comprit tout le plan qui était de décréter la mobilisation à la faveur de troubles ou de soi-disant troubles, et les troupes une fois sur pied le resteraient, prêtes à tous les événements. Comme je te l’ai dit, Wilmotte est socialiste et très en relations avec les socialistes scandinaves, personnellement l’ami de Branting [2] (celui dont on a parlé ces jours derniers à propos de sa lutte avec Troëlstra) [3]. Il se précipite donc chez Branting, lui expose ses craintes, et Branting s’indigne. Pour déjouer la manœuvre, il fait paraître un article dans son journal violemment opposé à toute grève générale à ce moment.

Cependant, cet article ne convainquit pas tout le monde, et quelques jours après, un jeune socialiste de talent réfuta la thèse de Branting en demandant au contraire la grève générale pour la raison suivante : C’est que le gouvernement avait l’idée d’intervenir et que la grève générale seule était capable d’arrêter ces projets et de maintenir le pays dans la neutralité. Wilmotte, qui connaissait aussi cet écrivain, va le trouver et lui demande comment il a pu écrire une chose pareille qui tournera diamétralement à l’opposé de la politique socialiste. Il lui demanda qui il a vu ces jours derniers, s’il n’a pas obéi à quelque suggestion ennemie et, en recoupant, on s’est aperçu en effet que ces excitations venaient d’un tout autre côté que celui des intérêts socialistes. Mais les événements marchaient, et l’on apprenait que cet écrivain était arrêté et mis en prison et, successivement, plusieurs chefs socialistes. Le gouvernement espérait ainsi faire naître des troubles et toujours amener son décret de mobilisation. Grâce à la propagande la plus énergique le danger fut conjuré, et c’est le 17 mai, au Parlement, que les activistes reçurent le coup définitif.

Comme tu le vois, en Suède il faut s’appuyer sur le parti socialiste contre les conservateurs. En Norvège, au contraire, la partie est tout à fait différente, le socialisme serait allemand, mais nous y avons le bon bout.

En Danemark, me disait Wilmotte, la situation est très curieuse, c’est un peuple qui ne réagit plus. Depuis 75, le pays se considère comme destiné à être absorbé. Les nationalistes ne cherchent qu’à faire durer l’état actuel, mais, sans conviction, les autres sont prêts à se laisser manger. Les Danois ne croient plus en eux-mêmes.

Dans ma longue entrevue avec Wilmotte, j’ai constaté un très grand changement dans ses idées. Il était venu me voir surtout pour savoir comment je voyais l’état des esprits en France car, me disait-il, j’ai un peu perdu le contact pendant les longs mois à l’étranger, et les quelques semaines de vacances je les ai surtout consacrées à ma famille. En passant donc en revue un peu tous les partis, nous en sommes venus aux socialistes et aux tendances qui s’étaient manifestées dans le congrès. La minorité lui a paru misérable (car il a assisté aux séances) et il a trouvé que la majorité avait employé des arguments bien faibles, voulant discuter alors qu’elle aurait été assurée du plus grand succès en refusant de donner d’autres arguments que celui de la France en danger et tant que ce danger national existerait il n’y aurait place pour aucune autre préoccupation. En tout cas, a-t-il ajouté, arrivant là de l’étranger, tous ces hommes-là m’ont eu l’air de fous, et ce que j’ai constaté de très intéressant, c’est que les congressistes militaires qui prenaient part aux délibérations étaient tous de mon avis.

J’ai passé dans ma mission par des moments bien durs où, je vous assure, la qualité de Français était difficile à soutenir, mais je repars aujourd’hui très fier d’être Français, les événements actuels me donnent une tout autre situation. Les gouvernants exploitent toutes les bêtises de nos journaux avec une habileté sans pareille. Toutes les rubriques de « vie chère » que nos feuilles maintenaient avec un luxe de grosses lettres et un renchérissement de détails, promettaient à nos ennemis de dire et de répandre : Certainement nous souffrons mais, voyez, les Français souffrent autant que nous. De même, tous les Allemands sont persuadés que nos jeunes gens de dix-sept ans sont au feu. Parce que tous les journaux ont annoncé le départ de la classe 17, ils en ont fait dix-sept ans. Et à un déjeuner où se trouvait Wilmotte à côté d’un homme, du reste très courtois et très poli, je ne me souviens pas du nom, en tout cas c’était le frère de la comtesse Ledochowska [4], lui-même autrichien et colonel à la légion polonaise [5], il a dû expliquer ce que c’était que la classe 17. Il a très bien senti que son homme l’écoutait avec urbanité mais sans croire un mot de son explication, son opinion était faite.

Encore une petite chose intéressante et je termine cette trop longue épître. Wilmotte est persuadé que la Suède est tout à fait à la veille d’une révolution, révolution qui peut-être maintiendra le souverain mais qui transformera le pays en un pays ultra constitutionnel. Ce sera du reste le sort de tous les pays scandinaves où la révolution est latente depuis plusieurs années.

Je t’ai bien embêté hein, mon pauvre vieux. Du reste, rien ne t’oblige à lire. Tu n’as qu’à prendre dans la dernière ligne ma vieille affection.

Et

 

Naturellement, ne parle pas des récits de ce brave Waltz, ou du moins oublie son nom.

 

[1] Non identifié.

[2] Hjalmar Branting (1860-1925). Suédois. Homme politique. Journaliste, il crée le journal Social-Demokrraten (1886). Il fonde avec August Palm le Parti social-démocrate du travail. Ministre des Finances (1917-1918). Il fait entrer la Suède à la Société des Nations. Prix Nobel de la Paix (1921).

[3] Pieter Jelles Troëlstra (1860-1930). Hollandais. Avocat. Homme politique social-démocrate réformiste. Député.

[4] Non identifiée.

[5] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *