29 août 1916

   Confidentielle

29 août 1916

Strictement pour toi, mon cher Pierre.

Tu verras sous peu dans le Journal une interview du cardinal Gasparri. Tu comprends bien, le journal Le Journal. Voici l’origine de cette interview. Elle a été négociée entre Humbert et Mgr Baudrillart. Humbert a fait savoir à Baudrillart qu’il était décidé à préparer l’opinion française à une reprise des relations avec le Saint-Siège et qu’il croyait que le meilleur moyen d’amorcer la campagne serait une interview avec le pape ou le secrétaire d’État. Mgr Baudrillart a répondu que l’interview avec le pape serait difficile après l’affaire Latapie, que ce serait sans doute plus facile avec le cardinal Gasparri et qu’en tout cas il transmettrait ce désir à Rome. Le cardinal Gasparri échangea donc une correspondance avec Mgr Baudrillart. Le cardinal posa un certain nombre de conditions qui furent toutes acceptées. En outre, Humbert déclara personnellement que, élevé dans la foi catholique par un curé de campagne, il conservait le plus grand respect pour le catholicisme. Il indiqua les points sur lesquels il conviendrait, dans l’intérêt de la reprise des relations, que le cardinal s’exprimât, car, bien entendu, celui-ci déclina toute proposition d’interview avec le pape après ce qui était arrivé avec Latapie « de maçonnique mémoire ». On tomba d’accord. Le reporter choisi fut Édouard Helsey [1], qui allait revenir de Salonique et que Humbert désigna comme celui de ses interviewers méritant le plus de confiance. Il fut convenu en outre que l’interview serait soumise au cardinal qui y ferait toutes les modifications qu’il jugerait convenables et que Mgr Baudrillart recevrait ensuite le tout afin de ne rien laisser subsister qui put froisser l’opinion française. Le texte a dû arriver au Journal ce matin. Les passages douteux signalés par le cardinal à Baudrillart ont été maintenus.

J’ai pensé que ce récit t’intéresserait car cette campagne amorcée ainsi peut devenir importante. Tu comprendras toi-même qu’il y aurait danger à la divulguer pour le résultat. D’autre part, je crois que dans l’esprit de Baudrillart il ne s’agirait pas d’une reprise immédiate, mais pour l’après-guerre.

Je ne te parle pas de la Roumanie, de la Grèce ou de l’Italie, la Gazette te suffira, mais, néanmoins, je te signale une chose assez intéressante. La tension la plus grave se produit également entre la Hollande et l’Allemagne, à ce point que l’on envisagerait une rupture.

Je viens d’avoir une conversation d’une heure et demie avec un garçon dont je crois t’avoir parlé déjà, qui a été envoyé en Suède par la propagande. Rempli de talent et très intelligent, il n’en a pas moins fait quelques fortes gaffes dues à de la bonne volonté mais gaffes tout de même. Très socialiste, son action pouvait surtout s’exercer sur ce parti. Elle s’est en effet exercée d’une façon très heureuse à un certain moment. Si j’en ai le temps demain, je te raconterai quelque chose de sa conversation. Il s’appelle André Waltz [2].

Au revoir, old man.

Ton affectionné

Et

 

[1] Édouard Helsey (1883-1966). Pseudonyme de Lucien Coulon. Journaliste. Grand reporter au Journal depuis 1910.

[2] André Waltz (1837-1923). Alsacien. Boucher. Érudit. Conservateur du musée Unterlinden de Colmar (1883). Père du célèbre illustrateur et caricaturiste Jean-Jacques Waltz, dit Hansi (1873-1951), affecté au service de la propagande aérienne au ministère de la Guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *