28 août 1916

28 août 1916

 

Grande date, mon vieux Pierre. Nous voici dans une nouvelle phase, et Dieu veuille que ce soit la dernière, quelque durée qu’elle puisse avoir. Ici, à Paris, tout le monde commente et discute. Pour les uns, cette entrée de la Roumanie dans la danse apparaît comme le coup définitif. Pour les autres, c’est le symptôme de la faiblesse irrémédiable de l’Allemagne. Ayant voulu faire quelques lignes sur les sentiments parisiens au moment de la divulgation de la nouvelle, quelques reporters ont parcouru la capitale. L’un d’eux a vu David-Mennet [1], le président de la Chambre de commerce de Paris. C’est décidément un homme d’une médiocrité extraordinaire. J’ai relevé, dans le peu de mots qu’il a dits, une ou deux choses, précisément celles qu’il ne fallait pas dire : Je vois, s’était-il écrié, dans l’intervention de la Roumanie qu’enfin les neutres voient que c’est l’Entente qui est la plus forte et qu’ils vont au succès. Il se peut que ce soit vrai, mais ce n’est guère à proclamer comme bienvenue.

Lorsque samedi on m’annonçait la certitude de la décision, on avait ajouté que deux cent mille Russes étaient entrés en Roumanie jeudi soir, cent mille se dirigeant sur Roustchouk et cent mille sur Reni ; à l’heure actuelle, je n’ai pas encore eu confirmation de cela et je sais qu’au Quai d’Orsay, ils n’en sont pas certains.

J’ai reçu une longue lettre que son auteur voudrait bien voir publier. Elle est signée d’un nommé Martin [2] (du Var), sénateur, qui, tout en approuvant nos articles sur l’Autriche-Hongrie estimant qu’elle n’est pas seule coupable, voudrait ajouter à la ruine de l’empire de François-Joseph [3], la désarticulation complète de l’Allemagne. Il va vite en besogne. Il fait du reste partie de la commission des Affaires extérieures du Sénat. Je lui réponds de repasser un peu plus tard.

Demain ou après-demain, on fera quelque chose de nouveau sur la Somme en attendant le coup qui a été préparé où tu sais. On m’a annoncé également ce matin que Sarrail, à Salonique, allait marcher avec la dernière énergie de façon à appuyer le mouvement russe sur le Danube. On compte beaucoup sur cette double offensive au nord et au sud pour obliger les Bulgares à se diviser et à se fixer sur chaque front.

Quant au Grec, il a jeté un petit os à ronger aux Alliés. La population était affolée par l’arrivée des Bulgares à Cavalla, et je crois bien que si les Anglais ont bombardé les forts, c’est sur la promesse du débarquement de sous-marins. Néanmoins, je trouvais que les journaux interprétaient le renvoi de ces deux chefs d’état-major avec beaucoup trop d’optimisme et comme si vraiment le roi, en prenant cette mesure, avait fait acte de soumission à l’Entente. Ce n’est pas vrai, il a jeté un os à ronger.

Cependant, quelques détails que j’ai eus ce matin montrent tout de même que c’est un petit succès pour nous. Les Allemands ont déployé tant d’énergie, tant de forces pour l’empêcher que le fait qu’il ait cédé prend tout de même un peu plus d’importance que je n’en avais attaché tout d’abord.

Il sort de chez moi le gouverneur du lycée impérial de Pétrograd. Il me dit : Il ne faudrait pas que l’on veuille implanter une république en Grèce. Ce serait très mal vu en Russie. Je ne crois pas du tout que ce soient les intentions de notre diplomatie, d’autant que les mesures de coercition contre le Constantin que notre gouvernement aurait volontiers prises, ont été toujours contrecarrées par Londres et Pétrograd. Ce que l’on a fait on l’a fait d’accord, j’espère bien que l’on continuera. Il n’en est pas moins vrai que c’est il y a plusieurs mois qu’il eût fallu agir. Et je crois que si Paris avait eu plus de fermeté, ce que nous voyons aujourd’hui aurait été déjà réalisé. Et les mois représentent bien des vies humaines et beaucoup d’argent.

Au revoir, old chap.

Ton Et

 

[1] Arthur David-Mennet (1850-1918). Filateur et tisseur de coton à Épinal (Vosges). Président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (1912).

[2] Louis Martin (1859-1944). Avocat. Homme politique. Député gauche démocratique (1900-1909), puis sénateur gauche démocratique du Var (1909-1935). Membre de la commission des Affaires extérieures du Sénat.

[3] François-Joseph Ier (1830-1916). Empereur d’Autriche (1848-1916) et roi de Hongrie (1867-1916), neveu et successeur de Ferdinand Ier. Il déclare la guerre à la Serbie en 1914, ce qui déclenche la Première Guerre mondiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *