26 août 1916

26 août 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ma journée d’aujourd’hui fut comme celle d’hier et je ne sais si je pourrai terminer d’une façon convenable mon quotidien bavardage. Ma tête n’est qu’un vaste capharnaüm dans lequel j’aurai bien du mal à mettre un peu d’ordre.

D’abord, j’ai bien reçu ta lettre et les détails si intéressants qu’elle comportait. Je les ai mis dès ce matin entre les mains de notre talentueux Henry Bidou qui t’en remercie et en fera son profit. Question roumaine… On ne parle plus que de cela. Tout le monde sait avec précision les circonstances, la date, l’heure peut-être, de l’intervention.

Il paraît cependant assez certain que l’affaire serait connue lundi ou mardi. Dans l’entourage de Briand on ne peut toujours pas me dire si, dans le protocole militaire, on se lance contre la Roumanie ou contre l’Autriche. On croit que ce sera contre l’Autriche. En tout cas, la Roumanie aurait adhéré au pacte de Londres, ce serait déjà quelque chose. La censure m’a enlevé une information du correspondant de Turin qui nous annonçait, d’après certaines dépêches aux journaux italiens, l’entrée en Roumanie de troupes russes.

Le secrétaire général du Comité national tchèque est venu me voir tout à l’heure. Il se préoccupe de ce qui va se passer au point de vue de l’empire et redoute que si l’on donne satisfaction aux Yougoslaves on ne sacrifie les intérêts de la Bohême pour maintenir une Autriche réduite. Ce serait stupide car, ou il faut une Autriche résolument et véritablement fédérative, ou pas d’Autriche. Ce garçon m’a dit qu’en Hongrie on est fixé depuis quelques jours sur la Roumanie, et ses correspondants avec lesquels il correspond par les États-Unis lui disent qu’à Vienne, au point de vue politique, tout est sens dessus dessous, de même qu’à Budapest. Il m’enverra d’ici à lundi tout un dossier sur l’état politique de la double monarchie.

Comme j’exprimais quelques inquiétudes aujourd’hui au sujet de l’offensive salonicienne, – pourquoi, me fut-il répondu ? – Le but est d’accrocher les Bulgares, et la préparation du camp retranché remplit ce but. Attaqués au nord et au sud, les Bulgares sont obligés de diviser leurs forces et il faudra bien que l’un ou l’autre côté aille jusqu’à Sofia. Amen !

J’ai reçu également la visite des deux frères Michelin [1]. Ils m’ont mis au courant d’une situation spéciale des autorités vis-à-vis d’eux. Ils ont, sur la demande du ministère, fabriqué d’étonnants avions pouvant porter quarante bombes chacun et capables en quelques instants de tout détruire sur un espace de trois à quatre cents mètres avec des projectiles lancés de deux mille mètres. Ils ont dépensé un million pour installer à leurs frais un champ d’expériences et ils m’ont porté les photographies et les résultats des essais qui, bien que je sois tout à fait incompétent, m’ont paru extraordinaires. Or, qui tu dois deviner [2], refuse même de prendre ces appareils, et les raisons que donne le rapport, confidentiellement communiqué par un de nos amis d’A…, sont misérables. Mieux que personne, tu dois savoir à quoi on se heurte. Je me souviens, au début de la guerre, avoir lutté, d’accord avec Dupuy, pour obtenir que l’on fasse des avions de bombardement. Il y avait en ce moment-là un directeur de l’Aviation au ministère qui n’en souhaitait pas. Mais cette fois, l’obstacle ne vient pas du ministère, tu me comprends… Ces messieurs Michelin m’ont paru outrés. Ils ont fait d’immenses sacrifices sans aucune espèce d’arrière-pensée puisqu’ils ont pris l’engagement, devant la chambre syndicale des constructeurs, de ne plus construire un seul avion après la guerre, pour que l’on ne puisse prendre ombrage des prix auxquels ils établissent leurs appareils, le prix des frais uniquement. Je vais étudier plus à fond la question. Je suis bien convaincu que tout cela ne te surprendra pas.

Au revoir, old man.

Ton affectionné

Et

 

[1] Édouard Michelin (1859-1940) et André Michelin (1853-1931). Industriels du Puy-de-Dôme. Spécialistes des pneumatiques.

[2] Édouard Barès (1872-1954). Directeur du service de l’aéronautique au Grand Quartier général. Cf. lettre du 10 septembre 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *