25 août 1916

25 août 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je vois qu’ici, dans l’entourage du Premier, on ne se sent pas très fixé sur les intentions exactes de la Roumanie. J’ai causé ce matin, et les explications m’ont paru confuses.

Paul, en me téléphonant tout à l’heure, me disait qu’il savait par quelqu’un habitant Paris et la Roumanie, que l’on désirait là-bas que la voie fût ouverte par les Russes et que cette décision était très sage à cause des sentiments accentués de bulgarophilie chez les Russes. Cela se peut, mais je suis convaincu que les deux [1] Ferdinand et le Kaiser, causent ensemble et qu’on cherche, en tirant encore des plumes de l’Autriche, à empêcher la marche contre les Bulgares. Tu dois savoir qui est la personne avec qui a causé Paul, ce doit être une femme.

On dit malgré tout que la Roumanie se décidera le 28. À quoi, on ne le sait pas bien… C’en est là.

Le Bonnet rouge de ce matin publie un article menaçant à propos de l’affaire Caillaux, et, en lisant bien, on voit qu’il fait allusion aux jolis messieurs partis à la suite de Ceccaldi et chargés de montrer aux blessés ce que doit être le respect dû à un ancien président du Conseil et à sa digne épouse. Le plus curieux de l’affaire, c’est la façon dont Caillaux commande à tous les fonctionnaires. Sur un coup de téléphone, c’est le préfet qui lui loue une villa. C’est aussi sur de simples et impératifs coups de téléphone que sont mis en mouvement tous les rouages civils ou militaires de l’État.

Pardonne-moi, impossible de finir, mes antichambres n’ont pas désempli. À demain.

Amitiés.

Et

 

[1] Ferdinand Ier de Roumanie et Ferdinand Ier de Bulgarie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *