24 août 1916

24 août 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On m’a téléphoné à midi que l’affaire était engagée à Roustchouk et que Briand même était sur les lieux. Alter ego, à qui j’ai demandé la confirmation de la nouvelle, m’a dit que ce n’était pas tout à fait exact. Tu dois en savoir plus long que moi là-dessus du reste. Dans le même coup de téléphone (source Intérieur), le roi de Roumanie allait prononcer un discours significatif et que les choses seraient déclenchées aussitôt.

À différents symptômes observés au moment de faire l’article qui paraît ce soir, j’ai cru comprendre qu’ici on n’était pas absolument fixé sur la perfidie grecque et que, n’ayant que les rapports militaires, on ne se résignait pas à croire à une aussi grande mauvaise foi. Ils ont les illusions tenaces à Paris et à Londres. L’anecdote que je te donnais d’après mon marin est bien symbolique, mais on ne peut se résigner à leur entrer dedans.

L’affaire Caillaux continue à exciter les salles de rédaction. Ceccaldi [1], dès qu’il a appris que son patron était molesté, est parti immédiatement pour Vichy, et l’on a constaté le départ également d’une quinzaine d’apaches, repris de justice ou souteneurs qui frappaient leurs poches en disant : Maintenant, c’est notre affaire. Dans le fond, la partie très violente de la manifestation a été provoquée par l’attitude de Caillaux qui, après avoir remisé sa femme, a tenu à aller malgré la foule à la source Chaumel où il a bu son verre à la santé des manifestants. D’où le déchaînement. La béquille qui lui a endommagé la tête a été lancée par un mutilé.

Je reviens aux affaires de Salonique. On dit aujourd’hui que les Serbes auraient arrêté l’offensive bulgare de Banica [2]. Tant mieux, car j’ai recueilli la trace de certaines préoccupations sur l’état moral serbe. Tu as su, et je crois même t’en avoir parlé en son temps, que les Serbes, attaqués par la Bulgarie sans que personne leur vienne en aide, se sont dits trahis et la plupart n’ont pas voulu continuer la lutte. Quelques-uns même ont brisé leurs fusils devant le vieux roi. Or, on craint que les Serbes actuels, si l’on ne vient pas les aider, ne se laissent aller au découragement en disant : Voici les mêmes choses qui recommencent ! et ne lâchent pied. Leur état moral n’a pas suivi la même progression que l’état physique.

Après t’avoir écrit hier, j’ai vu entrer un de mes amis, chef d’escadron d’artillerie en Argonne, venu pour me dire bonjour pendant sa permission qui expirait aujourd’hui. Il m’a donné de terribles détails sur la dernière attaque de. Encore là, il était, paraît-il, moins cinq, et le sort de Verdun aurait été très indécis. Il m’a dit que Mangin avait été admirable et ne croit plus à un effort allemand aussi considérable maintenant. Me parlant de l’état de la troupe, il estime que le choc de Verdun leur a fait grand bien au point de vue du moral. Beaucoup de ses territoriaux commençaient à avoir le cafard, à se demander ce qu’on faisait là, si on n’allait pas bientôt rentrer. Aujourd’hui, ils ont compris que ce n’était pas possible et seraient parfaitement préparés à faire une nouvelle campagne d’hiver. Je souhaite que ce soit la même chose partout et que tu notes les mêmes symptômes.

Un littérateur, de Vandelbourg [3], qui est un assez gentil garçon, est interprète à l’armée anglaise mais du côté d’Armentières. Il est lui aussi venu me voir ce matin. Il se demande si toute cette grande offensive anglaise n’est pas terminée. Dans quinze jours, me dit-il, les pluies viendront et toute la Somme sera transformée en marécages dans lesquels l’action deviendra impossible. Que fera alors l’armée anglaise ? La laissera-t-on là ou ne laissera-t-on que des mitrailleuses et quelques hommes pour transporter la masse ailleurs ? Les jeunes officiers que fréquente Vandelbourg sont unanimes, ou à peu près, à trouver leur état-major très inférieur. Ils estiment, surtout ceux qui font les liaisons, que l’armée anglaise ne pourra rien si elle n’est commandée par les Français.

Je te livre cette opinion pour ce qu’elle vaut. En tout cas, elle vient de quelqu’un qui vit dans les lignes anglaises.

Ton affectionné

Et

 

[1] Pascal Ceccaldi (1876-1918). Avocat. Homme politique. Sous-préfet de l’arrondissement de Vervins dans l’Aisne (1904). Conseiller général (1908). Président du Conseil général de l’Aisne (1917). Député radical de l’Aisne (1906-1918) et du syndicat en faveur des habitants éprouvés par la guerre dans les régions envahies. Il est un des avocats de Caillaux (1918). Il meurt de la grippe espagnole le 6 novembre 1918.

[2] Banica est un village de la République de Macédoine en Bulgarie.

[3] Robert de Vandelbourg (1870-19). Romancier, auteur de quatre romans entre 1903 et 1911. Interprète à l’armée anglaise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *