23 août 1916

23 août 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Un peu fumeux partout aujourd’hui. Communiqué médiocre et l’impression orientale n’est pas très fameuse. J’ai vu Bailloud [1] retour de Salonique quelques instants hier. Je n’ai pas très bien compris ce que m’a dit ce petit homme. Cependant, j’ai parfaitement saisi qu’il m’avouait que nous avions été roulés par les Grecs. Pour cela il n’y a aucun doute. Il me disait aussi que les Bulgares, dans le fond, ne voulaient pas se battre et que si les Russes voulaient faire le moindre effort ils s’arrêteraient tout de suite. Il y a sans doute un peu de vrai, mais ils se battront tout de même et très énergiquement malgré les désertions qui peuvent se produire. Il s’en produit chaque jour. Un de mes amis officier en a vu deux cents déserter en l’espace de quarante-huit heures.

Il faut, à propos des Grecs, que je te donne un passage d’une lettre reçue d’un officier de marine qui est en Grèce. C’est assez amusant.

« Nous vivons en effet au milieu d’une population qui nous est, pour la moitié au moins, franchement hostile. Nous ne pouvons, de notre côté, qu’avoir la plus grande antipathie pour tous ces Grecs qui ont trahi leurs alliés serbes et ont favorisé par tous les moyens nos ennemis. Ils ne pensent qu’à une chose, ne pas se battre. Toute leur conduite est réglée par ce sentiment. Les officiers sont lâches comme leurs hommes. Je t’en donnerai cet exemple.

Un de mes matelots, rendu un peu gai par quelques libations, bouscule par mégarde un officier grec dans la rue. Ce dernier sort immédiatement son grand sabre et le brandit de façon menaçante. Le mathurin, qui est dans les bons principes, se voyant attaqué, flanque un coup de tête formidable dans l’estomac du Grec qui ne dit pipe, remet sa flamberge au fourreau et disparaît dans la foule qui commençait à s’attrouper. Le pauvre mathurin vient me trouver pour me raconter son aventure. Il était navré et croyait avoir provoqué un incident diplomatique. – « Vous comprenez, Capitaine, quand j’ai vu qu’il tirait son sabre pour me frapper, je l’ai prévenu et je lui suis entré dedans. Je ne pouvais cependant pas me laisser attaquer par un Grec. » – Ce n’est pas bien grave mon garçon, nous tâcherons d’arranger cela. Je pensais tout de même que nous serions obligés de sévir si une plainte survenait.

Je ne connaissais pas encore assez mes lascars. Le mathurin avait trouvé à lui tout seul la bonne méthode. Nous n’avons en effet jamais entendu parler de l’incident. Chaque fois qu’on leur entre dedans ils s’aplatissent. »

Mes renseignements, hier, sur Caillaux, comme tu as pu le voir, étaient inexacts sur un seul point, c’est qu’il s’est réfugié à la préfecture et c’est de là qu’il a téléphoné en fureur au gouvernement en le mettant en demeure de le faire respecter.

Longue conversation hier avec un M. Bunge [2] qui est le nouveau consul des Pays-Bas. Sur une interrogation de moi, il m’a répondu qu’en Hollande on croyait à la fin de la guerre par une paix boiteuse et que si, même les Alliés étaient victorieux, les Allemands ne seraient pas battus assez pour ne pas prendre leurs précautions et ne pas être à même de reprendre presque aussitôt leur activité politique, militaire, économique. Mais, a ajouté M. Bunge, sitôt qu’on est depuis huit jours à Paris, on change complètement d’avis et on voit une telle résolution qu’on se persuade de la victoire des Alliés. C’est l’impression que j’ai constatée chez un de mes compatriotes, un des plus grands armateurs qui déjeunait avec moi chez Stuers [3]. Nous nous sommes trouvés d’accord sur ce sentiment que fait naître le séjour à Paris.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Ton

Et

 

[1] Maurice Bailloud (1847-1921). Militaire. Général de corps d’armée.

[2] Bunge. Hollandais. Diplomate. Consul des Pays-Bas à Paris.

[3] Alphonse de Stuers (1841-1919). Chevalier. Diplomate. Envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire des Pays-Bas à Paris (1885).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *