22 août 1916

22 août 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai entendu dire ce matin par quelqu’un qui se dit assez informé et qui peut l’être en réalité, que chaque état-major russe avait près de lui des officiers japonais. Je savais déjà qu’il y avait pas mal de Japonais, officiers et soldats, pour montrer l’usage des grosses pièces d’artillerie, mais pour les opérations je ne l’aurais pas cru. De Caix dit que c’est possible, mais que l’état-major russe est très bon et que les Japonais, à ce point de vue-là, n’apporteraient pas grand-chose à nos Alliés.

L’état-major russe serait donc excellent. Ce qui serait le plus défectueux, ce seraient les grades subalternes. Il y aurait donc une différence, un contraste sensible avec un autre pays.

L’Action française a publié ce matin, je te le dis pour le cas où tu n’aurais pas vu ce journal, le récit d’une aventure qui serait arrivée à Caillaux à Vichy où se trouvent l’ancien ministre et sa femme. Comme tu le sais sans doute, Vichy est le fief de Prestat [1], beau-père de Calmette et président de Vichy. Reconnus, Caillaux et son épouse auraient été conspués. Parmi les manifestants, un grand nombre de poilus. L’un de ces derniers aurait frappé Caillaux de sa béquille. En remontant déjeuner, j’ai trouvé un censeur et lui ai demandé comment on avait laissé passer une chose pareille. Le censeur m’a dit qu’on avait ordonné l’échoppage. L’Action française aura passé outre, peut-être dans un certain nombre de numéros seulement. Mon censeur m’ajouta que le fait devait être vrai, car une lettre de Fouquières [2] à un camarade l’avait confirmé. Cependant, Fouquières ne faisait aucune allusion au coup de béquille.

À l’instant je reçois de nouveaux renseignements sur l’affaire ci-dessus. Ce fut beaucoup plus important que la note semble l’indiquer. Depuis quelques jours paraît-il, on commençait à parler de Caillaux à la terrasse des cafés, de son insolence, de celle de sa femme, du toupet dont le couple faisait preuve. On sentait vaguement qu’il se passait quelque chose. Or, avant-hier, à 6 h je crois, le ménage se promenait, lui très fringant, elle très élégante. Des gens dirent tout haut : Voilà les Caillaux – et peut-être quelque épithète désobligeante. Que dites-vous, qu’avez-vous à dire les Caillaux ? vint arrogamment demander le ministre. On commença à le chahuter. Des poilus, une cinquantaine environ, blessés, se mirent à l’invectiver. – C’est de votre faute si nous sommes ici, vendu, etc., etc. Ce ne furent pas seulement deux ou trois cents personnes qui l’environnèrent mais bien un millier. La robe de Mme Caillaux fut déchirée et lui reçut un coup de béquille sur son chapeau, la tête fut même endommagée. Le commandant Marin chercha à apaiser les manifestants et à dégager le couple, il fut lui-même injurié. Néanmoins, les deux héros de la fête profitèrent de ce moment pour s’échapper et ils prirent de suite le train pour Moulins. De là, Caillaux a envoyé une dépêche comminatoire au gouvernement disant qu’il entendait faire sa cure tranquillement à Vichy et qu’il fallait prendre des mesures d’ordre nécessaires. Le gouvernement acquiesça et deux brigades mobiles de gendarmerie on été envoyées à Vichy. Et voilà comment l’état de siège a été réglé dans cette station. On garde Caillaux et sa femme. Les renseignements me viennent de l’Intérieur.

Il paraîtrait que dans le protocole signé à Bucarest, les Roumains marcheraient contre les Bulgares et qu’il serait entendu qu’aucune proposition de paix ne serait écartée de la part de Ferdinand.

On est très inquiet de Sarrail dans son propre milieu. Il a un peu lassé tout le monde et tous ceux que je vois qui, autrefois, le portaient aux nues me font l’effet d’être pleins de réticences dans leurs éloges.

Au revoir, old man, ton affectionné

Et

 

[1] Georges Prestat (1840-1924). Magistrat. Beau-père de Gaston Calmette, directeur du Figaro, tué par Mme Caillaux. Président du conseil d’administration du Figaro. Président du conseil d’administration de la Compagnie fermière de l’Établissement thermal de Vichy.

[2] André de Fouquières (1874-1959). Homme de lettres. Partisan de la restauration de la monarchie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *