31 juillet 1916

31 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ayant eu l’occasion de causer avec Alter ego aujourd’hui, je lui ai parlé de cette affaire des pays envahis et du jésuitisme avec lequel on avait agi. Il en a du reste convenu et m’a affirmé que des plaintes étaient arrivées chez eux sur la façon dont l’affaire avait été lancée, mais que tout cela était parti de Cambon et parce que l’on va sortir un livre jaune. Il m’a demandé si je voulais qu’il en dise un mot à Cambon. Je lui ai répondu : Mais je vous en prie, et dites-lui bien ma façon de voir. Il n’en fera sans doute rien mais il n’est pas mauvais, malgré tout, que l’on se rende compte que l’on n’est pas complètement dupe. C’est vraiment trop fort d’escamoter ainsi des négociations qui ont abouti pour se prévaloir du mérite du succès. Nous avons assez de griefs à faire valoir contre Rome pour ne pas lui tenir compte de ses bonnes actions. Mais tu comprends, la chose avait été menée par des députés catholiques !

La campagne d’Imbart de La Tour dont je t’ai parlé et dans laquelle il avait agité le nom de Cambon, est une affaire menée aussi par Rome pour le salut de l’empire d’Autriche. J’ai eu encore aujourd’hui des renseignements sur les tentatives du Vatican. Mais, en plus de cette menée cléricale, il y a des menées anti-russes là-dessous. C’est une campagne dont il va falloir beaucoup nous défier. Elle peut à un moment prendre d’assez grandes proportions, et il sera nécessaire de mettre un peu de plomb dans la tête de tous les brouillons de ce comité. Je crois même que je vais écrire à Imbart de La Tour que je préfère ne pas faire partie de ce comité d’études. Malgré toutes les réserves que j’avais faites dans mon acceptation, je crois qu’il est bon de préciser. On me conseillait d’autre part de rester dans le comité pour les voir venir. Leur grande théorie, qui peut paraître séduisante à nombre de gens, est la suivante. Il ne faut pas détruire l’Autriche-Hongrie parce que nous donnons de la force à l’Allemagne. Les Allemands qui pourraient rester auront une tendance fatale à s’unir à l’Allemagne et à en devenir les satellites. Il y a longtemps que c’est fait il me semble, et la guerre d’aujourd’hui n’en est-elle pas la preuve ? Le danger de l’Autriche perpétuée est bien plus grand puisqu’elle jette, en plus des Allemands, les peuples qu’elle domine dans la bagarre. Tant que l’Autriche pourra prendre ainsi des nations en opposant les Slaves aux Italiens, les Allemands aux Russes, les Tchèques à d’autres frontières, le danger sera le même pour nous.

Au revoir, dear old fellow.

Et

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *