30 juillet 1916

30 juillet 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

Un petit journal assez mauvais a publié ce matin un filet venimeux sur un membre de l’Académie française, hautement aristocratique, qui se serait livré à de curieux débordements. Ayant loué un rez-de-chaussée rue de Hambourg, il y faisait venir de jeunes dactylographes engagées au préalable, et il leur dictait des compositions de son cru très pornographiques. Il profitait du trouble dans lequel ses élucubrations plongeaient leurs sens pour assouvir sur elles ses plus basses passions. Préoccupée du grand nombre de dactylos qui se succédaient dans ce rez-de-chaussée, l’autorité finit par découvrir le pot aux roses, et le rez-de-chaussée, paraît-il, sera fermé pour longtemps. Il s’agit du marquis de Ségur [1], et l’entrefilet a paru dans le Carnet de la semaine. Que dis-tu de ce savoureux dilettantisme ? Maintenant qu’y a-t-il de vrai dans cette affaire ? Peut-être en connais-tu déjà les détails.

Tu as vu toute l’émotion que l’on vient de soulever, à juste titre, au sujet des enlèvements de Lille. Fidèles à leurs traditions, nos bons services, François-Ier [2] et autres, ont permis au seul Temps de publier cette lettre d’une Lilloise que l’on possède déjà depuis plus de deux mois. Nous avions en leur temps publié les premiers ces rafles organisées par les Allemands. Ce n’est pas cela qui est le plus curieux. Dès que l’on avait appris cette abominable violation du droit des gens, des démarches avaient été faites par des gens comme Grousseau [3] et d’autres. On a négocié et on a fait intervenir Rome. Les Allemands préparaient le renvoi de deux nouveaux convois et les ordres avaient été rapportés. Dans tous les journaux tu trouves la protestation du gouvernement français, mais dans aucun tu ne trouveras mentionnées ces négociations. Il doit y avoir là une escobarderie gouvernementale que je ne m’explique que par le désir de s’attribuer tout le mérite de l’interruption des mesures teutonnes.

Tu sais combien est grave et dangereuse en ce moment la question irlandaise. On m’a communiqué aujourd’hui un rapport confidentiel sur l’état des esprits dans l’île. C’est loin d’être bon. Les Sinn-Feiner [4] sont presque partout et persuadés qu’ils n’obtiendront de l’Angleterre leur indépendance que lorsque celle-ci aura le couteau sur la gorge. Le clergé est naturellement contre nous. L’ignorance, du reste, quasi complète du peuple, fait qu’il ne se rend que très médiocre compte des conséquences de son attitude.

De Caix nous racontait qu’il a vu ce clergé irlandais à Terre-Neuve, et Morris [5], qui est devenu un grand personnage depuis, était à cette époque-là fonctionnaire, quelque chose comme gouverneur, et lui disait : À Terre-Neuve, le curé irlandais a toujours la plus belle maison et la plus belle fille comme servante. Les mœurs de ces prêtres étaient extraordinaires, leur vénalité effarante.

Au revoir, mon vieux.

Et

 

[1] Pierre de Ségur (1853-1916). Homme de lettres. Historien. Il est élu à l’Académie française en 1908. Membre de l’Union.

[2] Il s’agit de la Maison de la Presse.

[3] Constant Grousseau (1851-1936). Avocat. Homme politique. Député républicain du Nord (1902-1936). Il est cofondateur de la faculté de droit de l’université catholique de Lille où il est professeur de droit administratif jusqu’en 1902. Proche de Rome, il s’oppose, à la Chambre, à la politique de Waldeck-Rousseau et de Combe.

[4] Le Sinn Fein est un mouvement nationaliste irlandais fondé vers 1902. A partir de 1916, il rassemble autour de Eamon de Valera les partisans de l’indépendance et de la république.

[5] Edward Morris (1859-1935). Homme politique. Ministre de la Justice de Terre-Neuve, puis Premier ministre. Procureur général. Catholique. Très populaire, sa popularité diminue pendant la guerre. Il forme le premier gouvernement national en 1917 et se retire en Grande-Bretagne en 1918 où il devient pair.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *