29 juillet 1916

29 juillet 1916

 

Situation inchangée, comme disent les communiqués, mon cher Pierre, et aujourd’hui je n’ai pas vu grand monde d’intéressant, bien qu’il soit défilé pas mal de gens comme d’habitude. Aucun ne m’a apporté de nouvelles particulièrement intéressantes.

On disait à la Chambre, cependant, que le roi d’Espagne avait reçu de l’empereur plusieurs fois des demandes, non pas d’intervention, mais de transmission de propositions, et qu’Alphonse XIII n’avait même pas voulu écouter les premières. Cependant, il aurait pris la dernière en considération et l’aurait fait savoir à Paris. Ces propositions sont toujours sur la base du statu quo ante. Je t’en ai peut-être parlé hier après tout. Si je l’ai fait, pardonne-moi, mon gâtisme est alors plus avancé que je ne le croyais moi-même. J’ai néanmoins une excuse à cette redite, c’est que mon chambrier est venu ce matin me répéter et me confirmer les propos d’hier au soir, de même qu’il m’a assuré la vérité des jérémiades de Ferdinand. Ce dernier a une peur terrible d’être zigouillé. Il le sera certainement si les Alliés gagnent la partie en Orient.

Je te parlais d’une conversation hier avec une personnalité militaire. Celle-ci semble préoccupée de l’état de la discipline qui se serait relâchée dans une assez large mesure. Elle est très inquiète sur l’avenir d’après-guerre, voit grandir la scission entre les ouvriers d’une part et les intellectuels et paysans de l’autre. Le même homme croit que l’épreuve des mois qui suivront la fin des hostilités seront plus dures (sic) encore que la guerre elle-même. Est-ce ton avis à toi ? Je crois aussi qu’il y aura de fameuses convulsions.

T’ai-je parlé hier également de Victor Cambon ?[1] J’avais vu dans la matinée Isaac de Lyon [2] qui le connaît beaucoup et m’a donné beaucoup de détails sur l’homme et sur ses travaux. Ingénieur des Arts et Manufactures, Cambon a d’abord été à la tête d’une affaire qui n’a pas réussi, puis il a écrit son livre sur l’organisation allemande et, la guerre ayant éclaté, il a tout de suite profité de cela pour dire : Vous voyez si je vous avais bien prédit tout ce qui se passe. Et il s’est vu devenir célèbre et tout à fait à la mode. Le fils d’Isaac allant en Amérique, a fait le voyage avec Cambon, et comme celui-ci ne savait pas un mot d’anglais, c’est ce jeune homme qui lui a servi de truchement et lui a fait visiter les grandes villes des États-Unis.

Comme tu le sais, il est allé faire des conférences en province. À Nantes notamment, on avait invité tout le monde et même le préfet [3]. Avec la plus grande légèreté, le brave Cambon, qui n’écrit que son exorde et sa péroraison se fiant à sa faconde pour tout le reste, est tombé à bras raccourcis sur le régime. Le préfet dodelinait de la tête sans rien dire, mais il n’a pas manqué de signaler Cambon à Paris. Et lorsque notre homme a dû faire sa conférence ici, il a reçu la visite d’un commissaire de police qui lui a intimé l’ordre de ne pas prendre la parole. À Lyon, il a fait une conférence où il paraissait directement faire l’apologie du pouvoir absolu. Questionné à l’issue de la réunion par quelques gens voulant approfondir ses vues politiques et lui faisant remarquer les conséquences de ce qu’il avait dit : Mais pas du tout, a-t-il répondu, je ne veux pas du pouvoir absolu, j’ai simplement voulu montrer le mal et y remédier. Oui, mais le remède.

Somme toute, je crois que le bon Cambon est un critique brillant, qu’il fait très bien le procès de ce qui existe, mais n’a aucune espèce d’idée sur ce qu’il faudrait mettre à la place. On le croit tout à fait incapable de mener à bien une entreprise quelle qu’elle soit.

Je te donne tous ces détails car la physionomie de Cambon avait paru t’intéresser et qu’il peut à un moment donné jouer un rôle quelconque, surtout après ce que tu m’avais raconté de projets possibles.

Au revoir, old man.

Et

 

[1] Victor Cambon (1852-1927). Professeur à l’École centrale des Arts et Manufactures. Il est l’auteur de nombreux écrits.

[2] « Hier, j’ai assisté pour la première fois au conseil d’administration des Débats. La séance s’est bornée à une conversation à bâtons rompus, entre de Nalèche et Xavier Charmes, sur l’histoire du journal et son autorité actuelle. On prête à Clemenceau ce mot récent : « Il n’y a pas de presse honnête, sauf Les Débats. » Auguste Isaac, Journal d’un notable lyonnais, 1906-1933, ed. BGA Permezel, p. 275-276, 29 juillet 1916.

[3] Le préfet de Nantes est alors Paul-Léon Hyérard (1863-1918) depuis le 20 mars 1915.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *