28 juillet 1916

28 juillet 1916

 

Mon bien cher Pierre,

 

J’ai dîné hier aux Ambassadeurs. Je ne parle pas du restaurant, tu as dû aller t’y alimenter pendant ta permission. Je m’abstiens donc de te parler de cet endroit archi-bondé où se trouve réuni tout le fumier parisien à côté du plus pur gratin. J’y étais avec ce dernier : Montaigu [1], Wendel, Pourtalès [2], les Broglie [3] [4], Wagram [5] et un homme remarquablement intelligent qui est un Tchèque, Stefanik [6], qui porte l’uniforme français avec légion et palmes et qui a dû quitter la France ce matin pour Pétrograd avec une mission. Le dîner a été charmant, et j’ai longuement causé avec Stefanik de l’avenir de la Bohême. Leur gouvernement est prêt. Ils sont mûrs pour l’autonomie. Je lui ai demandé s’il s’inquiétait d’une campagne ayant pour but, disait-on, de créer un grand empire libéral catholique pour sauver l’Autriche et contrebalancer l’Allemagne. Non, m’a-t-il répondu, ils n’ont pas grande chance car le sentiment de la nationalité est tellement puissant qu’en un clin d’œil tout le clergé deviendrait moderniste et se séparerait de Rome.  – Il est déjà moderniste, ai-je répliqué. – Vous avez raison, il a des tendances modernistes, mais il est encore soumis. Si on cherchait à maintenir la suzeraineté de l’Autriche, ce serait la fin.

Ce Stefanik est un véritable savant, un mathématicien et un chimiste de premier ordre. Il m’a dit : – Vous ne sauriez croire quelle reconnaissance nous avons aux Débats. Aujourd’hui, tout le monde parle de l’indépendance des Tchèques, mais c’est vous seul qui, bien avant la guerre, avez pris notre défense et soutenu notre cause devant le monde. Nous ne pouvons rien pour vous en ce moment, mais, dans l’avenir, vous verrez que nous saurons vous prouver nos sentiments de gratitude.

Hélas, mon pauvre vieux, l’avenir est à Dieu et les hommes sont bien ingrats. Néanmoins, ce témoignage m’a fait plaisir venant d’un des apôtres de la Tchéquie et d’un des hommes les plus qualifiés parmi tous ces patriotes exilés. Il m’a même ajouté quelque chose d’assez amusant. « Un individu, m’a-t-il dit, un journaliste, est venu me trouver et mettre son journal à ma disposition en me disant : Je vois que les Débats soutiennent votre cause. Je suis tout disposé à faire de même à la condition que vous nous donniez une somme égale à celle que vous donnez aux Débats. » Stefanik a répondu quelque chose comme cela, que notre journal leur coûtait bien trop cher pour qu’ils puissent en soudoyer deux comme cela ! Évidemment, l’estime seule étant en jeu, c’est un prix un peu élevé pour la presse.

Je ne te parle pas des charmantes femmes avec qui nous dînions. Tu sais ce que valent ces conversations.

À la table voisine, à un moment, mon attention est attirée par un uniforme kaki qui vient de s’y rendre et qui salue toute la compagnie très nombreuse. Je reconnais Mortier [7], directeur du Gil Blas, évidemment retour de Salonique où il honore Sarrail de ses lumières et de sa compétence. Mais, qui saluait-il ? Devine. Chédanne [8], le fameux architecte voleur des tapisseries du Quai d’Orsay et complice du chef de la comptabilité. Chédanne, gracieux et empressé avec les dames, le poids de ses crimes ne lui pesant nullement.

Ce matin, j’étais invité à déjeuner par le chef de cabinet [9] de Deschanel, mais je me suis dégagé ayant moi-même à traiter le colonel X [10] et une assez haute personnalité militaire.

J’ai appris là qu’en effet les affaires roumaines étaient très avancées et que certainement, ainsi que je te le disais, Bratiano demande toujours à rajouter des virgules mais que l’on n’attendra pas que ces virgules soient posées. On croirait que les choses seraient assez prochaines, mais, si j’ai compris, deuxième partie d’août.

J’ai démêlé aussi dans la conversation que le Bulgare pleure à attendrir les pierres et laisse entendre à tout venant qu’il serait disposé à signer tout ce qu’on voudrait. Malheureusement, ce crocodile ne cherche qu’à nous jouer de nouveau et je redoute beaucoup les bulgarophiles qui empoisonnent aussi bien le Foreign Office que notre Quai d’Orsay. Berlin fait aussi des avances tant qu’il peut sur la base du statu quo ante, du coup fourré.

Au milieu de tout cela, je commence à craindre vivement les tractations qui peuvent émasculer les Alliés. On prétend que Caillaux se remue en dessous et qu’il cherche à faire campagne contre le Faubourg Saint-Honoré. Cela se sent très bien par la presse qui, jusqu’ici, a passé pour être à sa solde.

Tout ceci nous promet de beaux jours, mon vieux Pierre, nous ne sommes pas au bout de nos peines.

À toi de cœur.

Et

[1] Pierre de Montaigu (1844-1927). Il épouse Caroline de Wendel (1851-1939). Industriel. Homme politique. Sénateur conservateur (1920-1927) de Loire-Atlantique. Administrateur de la Compagnie des chemins de fer de l’Orléans.

[2] Il s’agit de Guy de Pourtalès (1881-1941). Écrivain. Il est affecté au service de propagande de la Maison de la Presse et s’occupe de la propagande en Suisse depuis le 25 avril 1916.

[3] Princesse Jacques de Broglie (1867-1966). Née Marguerite Berthier, princesse de Wagram, elle épouse Jacques de Broglie en 1905.

[4] Jacques de Broglie (1878-1974). Homme de lettres et historien.

[5] Alexandre de Wagram (1883-1918). Prince. Frère de Marguerite, épouse de Jacques de Broglie.

[6] Milan Ratislav Stefanik (1880-1919). Tchèque, naturalisé français en 1912. Astronome, pilote de guerre, général de l’armée française, homme politique et diplomate. Chercheur et assistant du professeur Jules Janssen à l’observatoire de Meudon en 1904. Vice-président du Conseil national tchécoslovaque à Paris (1916). Ministre de la Guerre du nouveau gouvernement tchécoslovaque en 1918, il meurt dans un accident d’avion en 1919.

[7] Pierre Mortier (1882-1946). Écrivain. Journaliste, directeur du Gil Blas depuis 1911. Capitaine d’artillerie, il est chargé de mission à la fin de la guerre par le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Guerre.

[8] Paul Chédanne (1861-1940). Architecte du ministère des Affaires étrangères. Grand prix de Rome (1887) et Grand prix de l’Exposition universelle de 1900.

[9] Il s’agit de Joseph Aulneau. Cf. lettres des 3 avril 1918 et 27 avril 1918.

[10] Henry Bidou. Cf. lettre du 8 octobre 1915. Il écrit sous ce pseudonyme dans Le Journal.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *