X juillet 1916

[Pas de date et pas de signature]

 

Mon cher Pierre,

 

Tout s’est-il bien passé pour ton retour ? [1] As-tu trouvé le confortable dans la cagna [2] dont nous avions parlé ?

Maintenant que te voici aux armées, je reprends le petit service quotidien de ma tranchée à la tienne. Cette première épître ne te dira pas grand-chose, il faut rétablir le courant.

Néanmoins, j’ai eu hier au soir la visite d’un homme dont on m’avait beaucoup parlé au moment de l’affaire Dreyfus. On lui attribuait tout espèce de méfaits. Te souviens-tu de son nom, le commandant Weil [3] ? Il était très lié avec Saussier [4]. Quoi qu’il en soit, Weil est un homme extrêmement renseigné qui a écrit des livres d’histoire militaire tout à fait remarquables auxquels notre ancien Malo [5] a consacré quelques articles. Weil est en très bons termes, quasi d’intimité, avec le colonel Brancaccio actuellement en mission à Paris et que je crois assez au courant de toutes les choses de contre-espionnage. Briand aurait dit à Weil et le lui aurait même affirmé, que les Allemands n’auraient plus en réserve pour tous les fronts que cent dix bataillons, soit, n’est-ce pas, à peu près cent dix ou cent vingt mille hommes. Si ce renseignement pouvait être exact, il serait joliment consolant pour nous. Je ne puis croire néanmoins à une semblable pénurie. D’autre part, il faut bien dire que les prisonniers que l’on fait appartiennent aux corps les plus divers, et c’est une constatation que l’on a établie également sur le front russe.

Il m’a dit aussi que, dans les attaques allemandes, la première vague d’assaut était toujours merveilleuse mais que les seconde et troisième vagues ne valaient plus rien ou du moins étaient très inférieures à la première.

 

[1] Pierre Lebaudy a achevé sa permission.

[2] Une cagna est un abri de tranchée.

[3] Maurice-Henri Weil (1845-1924). Militaire. Commandant. Écrivain et historien, traducteur, officier d’état-major. Il écrit de nombreux ouvrages sur l’histoire militaire.

[4] Félix Gustave Saussier (1828-1905). Militaire. Général. Il part pour la campagne du Mexique avec le régiment étranger. Gouverneur militaire de Paris (1884). Homme politique. Député républicain de l’Aube (1873-1878). L’historien Henri Guillemin a émis l’hypothèse que le général Saussier était partie prenante dans l’Affaire Dreyfus. En effet, Saussier s’était rendu dans le bureau du ministre des Affaires étrangères, Gabriel Hanotaux, pour lui demander d’arrêter l’enquête concernant l’affaire. Il protégeait Esterhazy sans savoir que ce dernier passait des documents à l’Allemagne.

[5] Charles Malo (1851-1912). Directeur de la Revue de cavalerie. Rédacteur militaire au Journal des Débats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *