26 juillet 1916

2626 juillet 1916

 

Merci de ta seconde lettre, mon cher Pierre. Tu m’avais en effet parlé du voyage de Le H. [1]. Il est bien certain que l’action dans les Balkans pourrait prendre une immense importance. Encore faudrait-il qu’elle ait lieu. Hier, au dîner de Lapérouse [2] [3], j’ai causé beaucoup avec notre ami de Serbie de la situation. D’après ce que j’ai entendu, c’est l’attitude de la Roumanie qui accroche nos projets. On voudrait que les deux choses puissent coïncider, et Bratiano a encore mis des bâtons dans les roues. Les renseignements de Le H. sur les effectifs concentrés là-bas doivent être à peu près exacts. Il y a bien maintenant une division italienne, et les Russes qui nous sont arrivés par Brest sont expédiés à Salonique. Il doit encore y avoir pas mal de tiraillements entre Sarrail et les Alliés car le prince est toujours à Corfou. Il y aurait eu cependant une solution assez élégante pour tout cela, c’eût été de nommer le vieux roi généralissime. Cette nomination n’aurait été que platonique et honorifique car sa santé ne lui aurait pas permis d’avoir un commandement effectif. Cette nomination une fois faite, Sarrail restait le général en chef et le prince serait venu. Après, l’honneur ainsi fait à la Serbie eût été suffisant. Je ne crois pas que l’on s’en soit avisé ou, tout au moins, si quelques-uns y ont pensé, ils n’ont pu faire aboutir leur idée.

C’est bien la question polonaise qui est la cause du départ de Sazonov. Les mesures libérales que le ministre comptait prendre n’ont pas trouvé l’assentiment de plusieurs de ses collègues et la question polonaise va conserver son caractère aigu. On me racontait hier, du reste, le danger qu’il y a pour nous Français à vouloir demander l’autonomie de la Pologne, les Russes étant intraitables là-dessus, et l’on me citait le mal qu’avait fait la conférence de Charles Richet [4]. Il paraîtrait que Paléologue, assisté de quelques-uns de nos bons propagandistes, serait allé trouver Sazonov pour attirer son attention sur la Pologne. Le ministre aurait répondu à notre ambassadeur : « Souvenez-vous qu’en 1863 la Pologne a coûté l’Alsace-Lorraine à la France ». Le mot pouvait faire réfléchir, et je pense que Paléologue a dû regretter un peu une démarche intempestive. Il ne faut pas faire de maladresse sur cette affaire, et ici, malheureusement, nous avons quelques exubérants qui ont même cherché un roi éventuel pour la Pologne. Deux candidatures ont été soulevées dont l’une était celle de Sixte de Bourbon avec lequel, je crois, tu as dîné à la maison. Notre rôle est de parler de la Pologne, si nous voulons, mais de rester sur le terrain humanitaire, montrer que la Pologne existe sans froisser la Russie. Je crois t’avoir dit autrefois que les Polonais sages sentent très bien que, pris entre deux mastodontes comme la Russie et l’Allemagne, ils ne peuvent être indépendants mais doivent s’appuyer sur l’un ou sur l’autre et, à tous les points de vue, le point d’appui doit être la Russie.

J’ai interrompu ma lettre pour recevoir La Tour qui est venu me demander de faire partie d’un petit comité d’études sur l’avenir de l’Europe centrale. Quelle lumière puis-je leur donner, grands Dieux ! Je leur ai conseillé de prendre Gauvain, tout en acceptant pour moi théoriquement. Cependant, La Tour m’a dit une chose intéressante qu’on lui écrivait de Suisse ce matin. L’Autriche passe là-bas pour être complètement au bout, et les banques suisses ferment complètement leurs guichets à ce pays.

On me téléphone à l’instant de la Chambre la prise d’Erzindjan. Elle paraissait imminente, mais enfin, c’est une grosse chose pour les Turcs qui semblent bien complètement chassés du pays.

Imbart de La Tour m’a paru sceptique lui aussi sur la pénurie des réserves allemandes. On lui écrivait de Suisse que nos ennemis avaient encore beaucoup de monde réparti dans toute l’Allemagne. Il faudrait en connaître la qualité.

Je ferme mon vieux, car il est l’heure de boucler.

Ton vieil

Et

 

[1] Non identifié.

[2] 51, quai des Grands-Augustins, Paris, VIe.

[3] « Dîné ce soir chez La Pérouse avec la rédaction des Débats. » François de Wendel, Journal, 25 juillet 1916.

[4] Charles Richet (1850-1935). Littérateur. Sociologue. Président des Sociétés pacifistes. Prix Nobel (1913).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *