25 juillet 1916

25 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne t’ai pas parlé hier du changement dans le ministère russe et du remplacement de Sazonov aux Affaires étrangères par Stürmer. De toute façon je ne sais pas si ce changement sera très heureux. J’avais eu la visite dès hier de mon vieux membre du conseil de l’empire qui venait en causer avec moi. Il est bien certain que le départ de Sazonov est dû à une saute de température du tzar, car si Sazonov est réellement malade il l’était tout autant il y a deux ans. Sa santé n’est donc qu’un prétexte. L’empereur, qui n’aime pas beaucoup la contradiction, ne lui avait jamais pardonné une opinion qu’il avait franchement exprimée. Lorsque le czar voulut prendre le commandement de l’armée, Sazonov lui avait dit à ce moment-là : « Je ne crois pas que ce soit une bonne chose car la Russie sait bien que vous n’êtes pas un stratège et on ne vous attribuera pas les succès dont on fera les honneurs à vos généraux. En revanche, s’il y a des revers, c’est vous qui en serez cause ». D’autre part, Sazonov avait pris l’initiative de certaines mesures libérales, par exemple la promesse aux Polonais. On annonçait encore il y a quelques jours l’élaboration d’une nouvelle proclamation qui serait lancée. Il est très probable que le parti conservateur a travaillé et a eu raison du ministre des Affaires étrangères car les gens au pouvoir à l’heure actuelle sont des conservateurs ultra et ce sera sans doute la Pologne qui paiera les frais.

Les nouveaux ministres ont toujours appartenu au parti qui, avant la guerre, conseillait d’abandonner la France pour faire une politique nettement orientale. L’Europe occidentale, disaient-ils, doit être soumise aux lois de l’Allemagne, mais la Russie doit être maîtresse en Orient et en Asie. Stürmer lui-même, à ce moment-là, ne disait pas autre chose.

Bien que tous ces gens aient été autrefois les partisans d’une entente allemande, ils n’en sont pas moins, paraît-il, de bons serviteurs. Le tzar, étant tout à fait et résolument partisan de l’alliance avec la France, doit compter sur ces hommes qui suivront son inspiration. Au point de vue moral, l’équipe nouvelle serait meilleure que l’ancienne.

Je reviens encore sur l’affaire roumaine. Tu te rappelles que je t’en avais parlé un jour sur un coup de téléphone de mon homme de la Chambre. En me parlant, il avait dit les noms, avait parlé de Thierry. Ce téléphone a dû être dérivé car il y a eu deux attrapades entre Briand et Thierry à ce propos-là. Tu vois qu’il faut joliment se méfier de ce qu’on dit par fil.

Quoi qu’il en soit, on maintient que Briand et Lahovary auraient signé un protocole qui porterait une date. Ce protocole serait déjà rédigé depuis plus d’un an sans avoir jamais été signé et aucune date n’y avait été mentionnée, simplement une promesse sine die de concours. Et c’est cette date qui aurait été rajoutée avant l’échange de signatures. Malgré tout, ce papier n’aurait rien de définitif puisqu’il y manque la chose essentielle, la ratification à Bucarest. Je te donne tout cela comme on me l’a donné.

L’affaire Marschal [1], le raid sur Berlin, est enfin sorti. Il est, je crois, à peu près conforme au récit que je t’en avais fait il y a trois semaines environ.

J’ai reçu ton petit mot hier au soir et suis très heureux d’avoir eu des nouvelles du joyeux camarade Laurier [2]. Tu as bien raison de penser que tout est dans les effectifs, c’est là la grosse question.

Au revoir, mon vieux, et je suis content de l’économie faite de part et d’autre qui vous laisse un peu de répit.

Et

 

[1] Non identifié.

[2] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *