24 juillet 1916

24 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je te parlais ces jours-ci des bruits qui circulaient au sujet de la Roumanie. Je n’ai pas besoin de te confirmer, n’est-ce pas, qu’il n’y a rien de signé et que l’on a fait état tout simplement de l’obligation où la Roumanie va être de se décider pour raconter que c’était chose faite. La mauvaise opération de jeudi a jeté quelque pessimisme dans les différents milieux parisiens, et, naturellement, on fait parler les hommes au pouvoir. On prétendait que Briand aurait dit à la sortie du conseil : C’est un désastre. À la préfecture, on disait que sept divisions françaises avaient été amochées. Ce bruit venait de ce que des autos, pendant la nuit de vendredi et de samedi, avaient roulé en grande quantité pour aller chercher les blessés. Ces autos, repérées et comptées par les gardiens, leur avaient paru prendre des hommes de sept divisions. Leur calcul simpliste fut rapidement adopté par le public, et sept divisions, le lendemain, étaient détruites.

Connais-tu les Citroën [1] ? Ces gens ont, avec les fonds de l’État du reste, créé une usine à Grenelle absolument prodigieuse. Ils s’entendent à la réclame car le cinéma Gaumont montre au public, non seulement tout le travail de l’usine, mais aussi tous les visiteurs de marque, depuis Thomas jusqu’à Cadorna, en passant par Gilinski [2] et d’autres.

On me racontait ce matin une anecdote sur ce Citroën bien indicative du tempérament de ces gens-là qui pourraient aussi bien monter une maison de tolérance qu’une usine à obus. Figure-toi qu’un soir, à 7 h 1/4, Citroën arrive chez un avocat de nos amis avec deux ou trois bonshommes qui devaient être ses associés. – Pourriez-vous, monsieur, nous faire un acte d’association d’ici à 11 h ? Mon ami que voilà prend le train à Saint-Lazare à minuit pour s’embarquer pour l’Amérique et ne voudrait pas partir avant que l’acte soit signé. – Mon Dieu, si ce n’est pas trop difficile, nous allons essayer. Et, séance tenante, on se met à la besogne. À 11 h 1/4 tout était prêt sauf la participation dans les bénéfices dont le pourcentage n’était pas déterminé. Citroën dit  : « Laissons cela en blanc, je vais accompagner monsieur jusqu’à Saint-Lazare et nous arrêterons cette condition ensemble durant le trajet. » – Ainsi fut fait.

Je viens de recevoir Montferrier [3] qui est avec sa femme dans un hôpital à Dinand. Il m’a raconté l’évasion de trois prisonniers allemands officiers qui ont filé à Fougères. Croirais-tu que l’officier qui en avait la garde, ennuyé de faire l’appel du soir, en avait confié le soin à un officier allemand. Trois des prisonniers se sont fait porter malades. On a continué à les porter malades plusieurs jours au moment de l’appel. Puis ils ont disparu. Un a été repincé ; on croit que les deux autres ont pris une barque et se sont fait porter sur un yacht mouillé à Dinand qui, sous prétexte de balader des Américains, entrait et sortait comme il voulait sans être inquiété. Le yacht a disparu dans les quarante-huit heures de l’évasion. Il m’a également donné bien des détails sur de terribles lacunes dans nos hôpitaux. Il constate également que tout de même le moral des blessés n’est plus le même. Certains sont admirables et ne demandent la guérison que pour repartir, mais on sent que chez beaucoup d’autres l’enthousiasme n’y est plus comme au début.

En hâte, mon vieux, et à toi.

Et

 

[1] André Citroën (1878-1935). Ingénieur et industriel, il est le fondateur d’une importante entreprise de construction automobile. Hugues (1873-1953) est son frère aîné, il est officier de la Légion d’honneur et croix de guerre 14-18.

[2] Général Gilinski. Russe. Militaire. Chef de mission militaire russe au Grand Quartier général.

[3] Guillaume-Henri de Montferrier. Journaliste. Collaborateur du Journal des Débats, correspondant en Italie.


2 réflexions au sujet de « 24 juillet 1916 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *