23 juillet 1916

23 juillet 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ce dimanche est beaucoup plus calme. Notre salle de rédaction n’a pas retenti d’éclats de voix ahurissants comme chaque jour. On sent que les gens vont à la campagne ou y restent s’ils y sont installés.

L’optimisme, sans être arrêté, ressent un peu de malaise. On comprend vaguement que les choses n’ont pas pris la tournure que l’on avait espérée. Je crois t’avoir parlé hier du discours du commandant Carence à la presse. Si j’en juge par ce que j’ai entendu, Carence a dû s’y prendre d’une façon assez maladroite. On assure aujourd’hui qu’il va publier une note expliquant la situation dans la Somme.

Quant à la Roumanie, je n’ai pas de véritable confirmation officielle, mais le ton de la presse étrangère et ennemie est curieux. Ce matin, on prétendait que la date de l’intervention serait le 3 septembre et que c’était contre la Bulgarie qu’elle se mettrait en mouvement. Si des négociations devaient être entamées par ces deux pays balkaniques, ces conversations n’auraient lieu que sur la base de l’abdication de Ferdinand. Tout cela m’a l’air de bavardages et, certainement, ce qui se passera sur les deux fronts d’ici à la fin d’août dictera seul la conduite de la Roumanie.

Marin, le député, a dit hier à l’un de mes collaborateurs que Pétain et Nivelle avaient voulu évacuer la rive droite de la Meuse donnant comme raison l’infériorité du matériel. C’est Castelnau qui s’est rendu de nouveau à Verdun et a rétabli les choses. Ceci confirme la conversation dont je t’ai fait part et que j’avais eue avec Thierry avant-hier où il me disait que Pétain se plaignait de l’insuffisance de notre matériel.

Au revoir, old chap.

Et

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *