30 juin 1916

30 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai déjeuné aujourd’hui chez Joseph Reinach. Les convives étaient tous gens marquants. Monaco [1], Rostand [2], Lord Granville [3], Lady Johnston [4], Mme de Noailles [5], Cumont [6], Cambon, Mme de Ganay [7] et Saint-Aulaire [8] avec qui j’étais très heureux de causer avant son départ pour Bucarest. J’étais à table à côté de lui et de Granville. Je t’assure que je séparais là deux courants diplomatiques bien opposés. Notre représentant me paraît être tout à fait dans les bonnes idées, et si ici on ne le paralyse pas, il peut faire de bonne besogne. À gauche au contraire, j’ai trouvé le germe de toutes les fautes commises jusqu’ici et, m’a-t-il paru, un entêtement farouche à ne pas bouger de Salonique si ce n’est par voie de mer avec le cap sur la Méditerranée.

Ce sont les idées évidemment du patron Edward Grey qui est, comme je te l’ai écrit en quelque occasion, resté bulgarophile. Il ne faut faire aucun mal à la Bulgarie. J’étais séparé de Mme de Noailles par Saint-Aulaire, de sorte que j’ai un peu causé avec elle, si tant est qu’on appelle causer le fait d’écouter ses paroles vives et légères (!) qui s’échappent d’une série de grimaces bien fatigantes. Je t’assure que c’est effroyable d’entendre ces femmes parler politique. Le plus terrible, c’est qu’elles ont tout de même un rôle. Mme de Noailles professe la plus grande admiration pour Briand, elle cite à tout bout de champ ce que Berthelot lui disait hier, ce matin, avant-hier. Berthelot est un homme remarquablement intelligent qui n’a jamais été de ceux qui auraient ménagé la Grèce. Quant à la Roumanie, maintenant il faut la laisser cuire elle-même. Il faut voir venir et attendre. Ainsi s’exprimait Berthelot. De plus, ce sont des niaiseries de croire que la princesse de Grèce avait, grâce à son intimité avec Briand, une influence lénitive quelconque. La princesse Marie est une grande Française en marge, voilà tout.

J’ai cependant noté, dans ce flux de paroles et de grimaces, un trait qu’elle a décoché à Granville en ayant l’air de reprocher à l’Angleterre d’agir ainsi parce que mal informé. Elle a raconté que l’attaché militaire anglais, un Mr Thompson [9], était à Bucarest un bon germanophile ayant je crois épousé une Allemande. Elle l’a dit très nettement à Granville qui a souri mais n’a pas bronché. C’est égal. Si c’est vrai, ce n’est pas une fameuse garantie pour le succès de notre politique.

J’ai eu des détails aussi sur la mission Mondésir qui est si longtemps restée en panne et qui, finalement, est considérablement réduite puisqu’elle n’aura que de Flers [10] et de Luynes [11] et pas du tout Mondésir, partira avec Saint-Aulaire.

J’ai reçu la visite d’un personnage très en relation avec l’Espagne. Le gouvernement espagnol est mécontent de ce que nous faisons avec la Catalogne. Lucien Poincaré [12] est allé inaugurer le fameux lycée dont je te parlais et il a porté des décorations qu’il a données à des républicains, à des révolutionnaires même, sans même avoir pris le mot de l’ambassadeur qui aurait écrit une protestation à son ministre. Mais sans doute, autant en emporte le vent. Que pèse un ambassadeur à côté de tous les ambassadeurs au petit pied envoyés par la Rue François-Ier ? Le roi aurait fait une violente sortie à mon vieil ami le colonel Tillion [13], attaché militaire. Celui-ci n’en dira rien.

Je te quitte mon vieux Pierre, il est tard.

Et

 

[1] Albert Ier, prince de Monaco (1848-1922). Fils de Charles III Grimaldi (1818-1889), prince de Monaco. Capitaine de vaisseau. Fondateur de l’Institut océanographique de Paris et de Monaco. Il est membre associé de l’Institut.

[2] Edmond Rostand (1868-1918). Homme de lettres. Membre de l’Académie française. Célèbre auteur, entre autres, de L’Aiglon et de Cyrano de Bergerac.

[3] William Spencer Leveson-Gower (1880-1953). Anglais. 4e comte Granville. Vice-amiral.

[4] Lady Johnston. Anglaise.

[5] Anna de Noailles (1876-1933). Princesse Brancovan, comtesse Matthieu de Noailles. Poétesse célèbre. Femme de lettres. Démocrate, radicale socialiste, se passionne pour Briand, puis pour Clemenceau, Painlevé et le général Mangin.

[6] Non identifié.

[7] Mme Jean de Ganay (1868-1940). Elle tient salon. Pendant la guerre, elle soulage les femmes de soldats mobilisés travaillant en usine. Elle fonde l’Association des infirmières visiteuses.

[8] Charles de Saint-Aulaire (1866-1954) est alors diplomate, ambassadeur de France en Roumanie, et il parvient à faire entrer le pays dans la guerre.

[9] Nalèche se trompe d’orthographe. Christopher Birdwood Thomson (1875-1930). Anglais. Attaché militaire en Roumanie (1915-1916).

[10] Robert de Flers (1872-1927). Homme de lettres. Il est l’auteur de nombreuses pièces de théâtre avec Gaston de Caillavet, son ami d’enfance. En août 1914, il est agent de liaison auprès de l’armée russo-roumaine.

[11] Honoré d’Albert de Luynes (1868-1924). Officier de cavalerie de réserve. Chevalier de l’ordre de Malte. Maire de Dampierre (Seine-et-Oise).

[12] Lucien Poincaré (1862-1920). Frère de Raymond Poincaré. Physicien. Haut fonctionnaire.

[13] André Tillion (1866-1963). Militaire. Colonel. Attaché militaire de France en Espagne. Ami d’enfance de Nalèche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *