29 juin 1916

29 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je venais à peine de faire partir ma lettre hier au soir qu’un militaire est venu m’apporter un pli qui m’a fait beaucoup de peine pour toi car il m’annonçait l’impossibilité pour le 14 [1].

Voici le passage te concernant :

« Je suis absolument navré et obligé de vous avouer mon impuissance, pour une fois où je pouvais saisir une occasion de vous être agréable en quelque chose. Le capitaine Pierre Lebaudy n’a pas été proposé par son armée. C’est navrant, mais dans ces conditions, ici, je ne puis rien. Ce sera à reprendre plus tard en tâchant d’avoir une proposition ».

Peut-être n’avons-nous pas été très habiles, surtout si je retiens la fin de la phrase. Tu aurais dû me dire qui, à l’armée, était appelé à trancher la question. Peut-être mes amis auraient-ils pu intervenir là avec fruit.

Je suis désolé, mon vieux Pierre, de n’avoir pu faire mieux mais tu vois au ton de la lettre que si la proposition était arrivée, nous l’avions presque à coup sûr. J’en aurais été si heureux car, enfin, tu ne l’aurais pas volée.

Aujourd’hui, je n’ai pas le courage de t’écrire mes calembredaines habituelles. Je les reprendrai demain, ma lettre ne débutant pas par une mauvaise nouvelle.

Ton vieil affectionné

Et

[1] Il s’agit probablement de la promotion du 14 juillet de la Légion d’honneur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *