28 juin 1916

2828 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Nous avons eu notre dîner de rédaction hier au soir. Paul y est venu et cela m’a fait grand plaisir. J’espère qu’il ne s’y sera pas trop ennuyé. Schlumberger [1] l’avait entraîné dans le coin où il a l’habitude de se placer et je les ai vus beaucoup bavarder dans leur quartier, ce qui m’a fait croire que cela l’aura intéressé. Fels, qui a pondu un bouquin, est venu aussi, toujours beau et solennel. Son petit livre qu’il a appelé du titre magnifique  : L’Impérialisme français [2], doit, suivant son idée, jouer en France un rôle décisif sur nos destinées.

Heurteau [3], qui était à côté de moi et dont le fils [4] est au QG anglais, m’a répété que les Anglais avaient une artillerie admirable et qu’ils étaient parés pour tout comme matériel. Dieu l’entende ! On dit généralement du reste que si les Allemands avaient profité de la leçon de Champagne et appliqué une force décuplée à Verdun, nous allions également maintenant nous-mêmes renchérir sur eux.

On vous glisse des tas de choses dans le tuyau de l’oreille que j’écoute sans y ajouter grand foi. Application de nouveaux obus terribles par leurs effets destructeurs, etc. Le résultat seul nous démontrera si tout cela est bien vrai.

J’ai reçu de Valence d’un de nos correspondants une note confidentielle me relatant le fait grave suivant : Il y a quelques jours passait en gare de Valence un train complet de zouaves appartenant au 2e régiment venant du camp de Valréas et allant à Lyon.

Sur tout le trajet, ces hommes se livrèrent à des actes scandaleux qui indignèrent les populations. Ils chantaient toutes sortes de chants antipatriotiques. Sur les wagons étaient inscrites à la craie les phrases significatives suivantes : À bas la guerre ! Vive la révolution ! Les chefs à l’échafaud ! Mort aux v. et au gouvernement ! etc.

Les officiers de service et les piquets des diverses gares du parcours furent impuissants à maîtriser les forcenés qui brisèrent tout sur le passage et pillèrent même les bibliothèques des gares. Informé, le ministre de la Guerre vient de prendre les sanctions suivantes :

Le général commandant le camp de Valréas est relevé de ses fonctions et remplacé par le général Pierron [5].

Le colonel reçoit un blâme du ministre.

Tous les officiers sont punis de trente jours d’arrêt.

Tous les sous-officiers sont punis de quinze jours.

La somme de cinq mille environ qui représente les dégâts causés à la compagnie PLM sera prélevée sur l’ordinaire du 2e zouaves.

Ce n’est pas très joli, mais un de mes jeunes gens qui était aux zouaves me dit que le 2e est presque tout entier composé sur place à Oran et qu’il y a là-dedans des quantités énormes de voyous sans nom, que c’est ce qu’il y a de plus malsain dans toute l’Algérie.

En plus, une réunion de délégués des différentes corporations de quatorze départements affiliées à la CGT, devait être organisée à Valence. On devait y discuter les questions suivantes : La vie chère et la main-d’œuvre féminine.

Le véritable but de la réunion était de fomenter une agitation révolutionnaire dans le pays.

Le génial gouverneur de la 14e région, après s’être entendu avec les autorités civiles, vient d’interdire cette réunion.

Avais-tu eu vent de tout cela ? Le Midi continue à nous donner de bons citoyens après nous avoir fourni de si excellents soldats.

Bonnes amitiés de ton vieil

Et

 

[1] Il s’agit probablement de Gustave Schlumberger (1844-1929), collaborateur du Journal des Débats.

[2] L’Impérialisme français, Berger-Levrault, 1916.

[3] Émile Heurteau (1848-1927). Frère d’André Heurteau. Ingénieur. Homme d’affaires. Polytechnicien. Directeur de la Compagnie de chemin de fer de Paris à Orléans (1886-1910). Vice-président du conseil supérieur du travail (1904-1923). Président de la Compagnie des forges et aciérie de la Marine et d’Homécourt (1915).

[4] Charles-Émile Heurteau (1878-1961). Fils d’ Émile Heurteau. Ingénieur. Homme d’affaires. Polytechnicien. Il alors est au Quartier général de l’armée anglaise.

[5] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *