27 juin 1916

27 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je pensais bien, d’après toutes les précisions et tous les préparatifs en cours, que tu aurais du mal à profiter de ta permission en juillet. Les Anglais ont commencé leur travail, et de toute part on dit que le côté matériel est absolument parfait. Il est même curieux de voir avec quelle rapidité les nouvelles se transmettent d’un bout à l’autre du pays. Dès 8 h ce matin, il n’était question dans toutes les bouches que de l’attaque anglaise et, l’imagination aidant, la percée sur plusieurs points était déjà chose faite. Je crois, malgré tout, qu’on n’en est aujourd’hui encore qu’à la période préparatoire et à l’artillerie. Je ne serais pas étonné qu’en effet les premières lignes allemandes soient occupées, mais n’est-ce pas toujours comme cela au début de chaque offensive, les premières lignes bouleversées étant abandonnées pour le repli. Tu sais cela mieux que moi.

Toujours est-il que la censure, toujours imbécile, nous a envoyé une note particulière pour nous rappeler qu’il ne fallait pas exagérer les succès relatés par les communiqués et nous rappeler à la stricte observance des prescriptions. N’est-ce pas aller un peu vite en besogne que de se prémunir contre l’interprétation de succès alors qu’on n’en annonce aucun.

Cette opération anglaise va-t-elle avoir son contrecoup sur Verdun ? Espérons-le. On salue cette entrée des Anglais dans le jeu comme devant être le salut pour notre place, si entamée pour l’instant.

[manque la p.2]

lutter économiquement après la guerre. Nous ne serons pas seulement mangés par les Allemands, m’a-t-il dit, mais nous allons être distancés par les Anglais qui, eux, travaillent de toutes leurs forces. Ici nous fendons des lignes anti-boches, mais nous ne comptons, pour le développement de notre commerce ou de notre industrie, que sur des droits protecteurs.

Ce garçon a cent fois raison, et à l’heure actuelle tout le monde parle, tout le monde discourt. Les conférences pleuvent, mais, pour agir, pour prendre une initiative pratique autre que la constitution d’un bureau avec président, vice-président, etc., plus personne. J’ai eu à ce point de vue-là d’effarantes conversations avec des industriels. Il en est du domaine économique comme du domaine militaire, nous sommes enlisés dans la routine.

Au revoir, old man.

Puis-je continuer à t’écrire malgré les événements ?

Ton vieil

Et

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *