26 juin 1916

26 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

On est ému dans Paris, il n’y a pas à dire. Ce matin, il paraît qu’il y a eu aux Halles de la surexcitation. Des gens plus ou moins bien intentionnés ont répandu le bruit que Verdun était pris, et dans tout ce public matinal on a été alarmé et excité. J’en ai eu les échos dans le public jusqu’à mon retour au bureau. Cette prise de Verdun a circulé dans les tramways et les métros.

Tout à l’heure, un de mes collaborateurs a causé avec Cruppi [1]. Celui-ci lui a dit que la préparation anglaise avait commencé dès hier et que le canon tonnait là-bas d’une façon terrible, que cette canonnade était entendue jusque sur les côtes anglaises. Il ajoutait que d’ici à deux ou trois jours on n’en parlerait pas, qu’on attendrait que ce tir de préparation fût complet.

Beaucoup de gens ont été alarmés par l’article du Temps d’hier au soir. L’as-tu lu ? Cet article, échoppé à un seul endroit, semblait dire qu’une offensive prise par les Alliés ne pourrait réussir par suite de l’insuffisance du matériel et qu’il fallait attendre plusieurs mois avant d’espérer le succès. Il était écrit à petits fragments coupés. Malgré tout, je ne serais pas étonné qu’il ait Tardieu pour auteur. Depuis deux mois, il fait une campagne contre toute offensive destinée à soulager Verdun.

L’intérêt de cet article, du reste, n’était pas dans le fait qu’il fut ou ne fut pas de Tardieu, mais bien dans celui que la censure l’avait laissé passer.

En le relisant, cela m’a tout à fait produit l’impression d’une chose concertée destinée à calmer le public au sujet d’un résultat définitif d’une offensive.

Je viens d’avoir une longue conversation avec Hector de Panafieu [2] à la tête, au Quai d’Orsay, du Bureau des Prisonniers de guerre. Tu sais, et je te l’ai raconté déjà, que les représailles demandées par notre opinion publique, sont la cause d’un retriplement de mesures de rigueur pour les nôtres. Panafieu déplore ce mouvement. On a pris des mesures ici pour démontrer au gouvernement allemand que l’on atténue autant que l’on peut ce qui pourrait donner matière aux représailles de la part des Allemands. Cette conversation est venue de ce que l’on m’avait soumis des lettres de prisonniers français se plaignant de ce que les gouvernements renchérissaient en mesures de représailles et demandant d’user de toute l’influence pour que des initiatives aient lieu en sens contraire.

Personne ici ne veut se rendre compte que nous avons deux tiers en plus des nôtres internés en Allemagne et que les mesures prises sont bien plus nocives pour nous que pour les Boches.

Good bye, old man.

Et

 

[1] Jean Cruppi (1855-1933). Magistrat. Homme politique. Député radical de la Haute-Garonne (1898-1919). Ministre à plusieurs reprises, il est envoyé en mission pendant la guerre en Angleterre, Italie, Russie.

[2] Hector de Panafieu (1865-19). Camarade de Nalèche au collège Stanislas. Diplomate. Ministre plénipotentiaire. Directeur du Bureau des Prisonniers de guerre au Quai d’Orsay. Membre de l’Union.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *