22 juin 1916

22 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

La séance d’hier n’a été marquée que par de nouvelles paires de gifles. Un député instituteur socialiste, Fabre [1], ayant déclaré à Josse [2], député de l’Eure je crois, qu’il avait l’air d’un garçon coiffeur, Josse lui a demandé de répéter le mot. L’autre a répété. Vlan, Vlan, ça y était. Voilà la dignité de nos assemblées nationales.

Aujourd’hui, la séance secrète s’est terminée à 3 h et l’on devait reprendre à 4 h en séance publique. On nous téléphone en nous disant qu’une divergence de vues s’était élevée entre le président du Conseil et les présidents de groupes mais que la difficulté était aplanie. Il n’en était rien car, à 4 h, au lieu d’ouvrir la séance publique, la Chambre s’est reformée en Comité secret. Nous en sommes là.

Paul m’a téléphoné pour savoir. Je n’ai pu lui dire que ce que je te raconte là.

S’il nous vient quelque chose avant que je colle mon enveloppe, je t’en ferai part.

Tu trouveras ci-joint une lettre dont j’ai coupé la signature pour le cas où elle n’arriverait pas à destination. Je pense qu’elle te fera plaisir.

À toi, mon vieux.

Et

 

[1] Nalèche se trompe. Il confond avec Henri Fabre, directeur du Journal du peuple. Il s’agit d’Antoine Fabre  (1851-1923). Homme politique. Député radical socialiste du Puy-de-Dôme (1908-1919). Cf. lettre du 22 juin 1916.

[2] Prosper Josse (1874-1953). Député républicain de l’Eure (1914-1924).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *