21 juin 1916

21 juin 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Sur ton camarade futur je ne reçois que des renseignements assez vagues mais généralement favorables, je dois dire. Comme opinion avouée, c’est évidemment très à gauche (gauche républicaine), mais cependant il passe pour un homme assez gentil et bien élevé. Avocat et président du conseil général, il a passé dans son pays à la quasi-unanimité, près de dix mille voix contre moins de deux mille. C’est donc te dire qu’il n’a guère d’ennemis. Physiquement il est bien. Mais quand tu vois des majorités comme cela, s’appliquant à des hommes qui n’ont pas eu une carrière marquée, tu peux hardiment te dire que s’ils sont assez faciles à vivre, il n’y a pas à faire grand fond sur leur caractère. Dans le cas qui t’intéresse, je crois que c’est la première de ces conditions qui est surtout importante à cause de la vie en commun.

J’espère qu’hier ce fut la dernière séance ou plutôt la dernière journée complète du Comité secret et qu’aujourd’hui on reprendra le cours des séances publiques. La journée d’hier fut marquée par le grand succès de Briand et l’effondrement de Delcassé. Croirais-tu que ce pauvre diable a eu l’idiotie de prendre la parole. Vraiment, il faut que ce que nous appelons des hommes d’État soient de vrais imbéciles. Delcassé croyait justifier sa politique devant cette Chambre que les affaires de Grèce actuelles doivent remettre dans le souvenir des affaires bulgares passées dont elles ne sont que la conséquence. C’est effarant d’ineptie. Quoi qu’il en soit, le petit homme est remonté à la tribune. Il a déclaré que l’expédition de Salonique était une bêtise et que si les ennemis violaient leurs engagements, les Alliés n’avaient qu’à faire de même. Sais-tu en quoi consiste, pour Delcassé, la violation des engagements des Alliés ? C’est d’abandonner Salonique. Il faut nous rembarquer.

Je n’ai pas besoin de te dire comment l’ancien ministre a été accueilli !

Le clou de la séance, ce fut la déclaration d’énergie de Briand quant à la Grèce justement. Le président du Conseil a déclaré que les Alliés allaient remettre une note à la Grèce et que si la réponse à cette note semblait tarder elle se transformerait en un ultimatum. D’après cette note, le gouvernement actuel serait remercié et l’on procéderait à de nouvelles élections. Du reste, les puissances signataires de la garantie de la constitution étaient certaines d’avoir avec elles la majeure partie de la population hellénique, etc.

Je t’avoue que, tout d’abord, cette note, qui doit être suivie d’un ultimatum si elle ne reçoit pas de réponse, m’a semblé encore des atermoiements. Ne crois-tu pas que la note elle-même aurait pu être un ultimatum ? On m’a affirmé que, probablement vendredi, les mesures seraient prises. Attendons donc.

Ce qu’il y eut de plus amusant, c’est que Briand, avec son habileté coutumière, fit allusion aux bruits qui circulaient sur son intimité avec la maison royale de Grèce. Il a dit à la Chambre : Je sais bien que pour expliquer la longanimité du gouvernement français vis-à-vis de la Grèce, on a cherché des raisons qui touchaient de près le président du Conseil… etc. On a ri et il a triomphé. Donc, hier encore, majorité pour le gouvernement. Deux personnes paient jusqu’alors le Comité secret. Ce sont le pauvre Maginot, que l’on avait baptisé les « Hauts de Meuse » et que l’on nomme aujourd’hui « le sot en hauteur », et Delcassé, que la déclaration de guerre bulgare n’avait pas encore assez aplati.

Aujourd’hui, tous les raseurs veulent encore parler. Varenne [1] désire se montrer stratège, Millevoye [2] se sent en gestation de quelques mots historiques, enfin, un certain nombre d’autres désirent figurer en posture d’hommes d’État devant la postérité et tiennent à caser quelques phrases définitives ou prophétiques que l’Histoire enregistrerait. Et pour cela, voilà des ministres qui devraient s’occuper des affaires du pays qui sont gardés depuis cinq jours en vase clos.

Amitiés.

Et

 

[1] Alexandre Varenne (1870-1947). Avocat. Journaliste, fondateur de La Montagne. Homme politique. Député socialiste du Puy-de-Dôme (1906-1910 ; 1914-1936).

[2] Lucien Millevoye (1850-1918). Magistrat. Journaliste, rédacteur à La Patrie. Homme politique. Député bonapartiste de la Somme (1889-1893) puis député nationaliste de la Seine (1898-1918).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *