9 juin 1916

10 [sic] juin 1916

Mon cher Pierre,

 

Ta lettre timbrée m’a bien vivement intéressé, mais, hélas, n’a pu que m’engager à une longue patience. Grâce aux détails que tu me donnes, je vois la situation sous son véritable jour. It’s a long way to Tipperary [1].

Ici, les bruits d’offensive circulent de plus en plus. Quelqu’un même me disait ce matin que l’on avait dû commencer hier. Je ne crois cependant pas que ce soit aussi tôt. Maintenant, il y a toujours à compter avec les hommes politiques. Je crois t’avoir dit autrefois que j’avais su par les Munitions le désir de Joffre d’avancer ce déclenchement qui ne devait primitivement avoir lieu qu’à la fin de ce mois. Je sais tout de même qu’il y a un courant très fort pour hâter les choses afin, justement, de décongestionner Verdun. Deschanel me disait l’autre jour qu’à ce courant il s’en opposait un autre tendant à démontrer qu’il fallait attendre encore que tout fût absolument prêt, certaines parties nécessaires ne devant être finies qu’en septembre.

Si tu te rapportes à ma lettre d’hier, tu retrouveras les deux personnages[2] qui ont tenu une conversation que j’étais sur le point de te répéter mais que j’ai brusquement interrompue. Comme tu reconnaîtras leur identité, je puis te dire maintenant les propos qui ont été échangés entre eux.

Donc, d’après l’un des deux, le roi d’Espagne se plaignait d’avoir continuellement à réparer des bévues commises. Le second répondit qu’il ne fallait pas s’alarmer par trop des propos de Sa Majesté car elle en tenait de semblables aux deux parties, que même elle s’était entremise pour faire des propositions absolument inadmissibles, que du reste il pourrait se faire qu’à un moment donné on serait peut-être obligé de se servir de certaines influences pour arriver à faire accepter par l’opinion publique des conditions de paix qui, si elles venaient à être offertes, pourraient ne pas être tout à fait celles auxquelles la nation aurait pensé.

Le personnage a bien dit cela, ou quelque chose d’approchant, mais quelle imprudence d’aller tenir ce propos à un homme qui est aussi bavard qu’on peut l’être et qui va de suite l’interpréter comme l’impression d’une politique, alors que ce n’est peut-être qu’une simple prévoyance. Je dois dire qu’il y a cinq ou six mois, et je te l’ai même écrit je crois, des gens assez bien placés dans certaines bonnes grâces me disaient que si Briand avait fait appel à tant de monde, et à tous ces vieillards en particulier, c’était pour qu’à un moment donné on puisse trouver dans tous les groupes de la Chambre une acceptation qui pourrait être difficile à imposer.

Nous avons ce soir notre dîner au Meurice. Si l’on y raconte quelque chose d’intéressant, je te le dirai demain.

À toi mon vieux, et merci de ta lettre.

Et

 

Il sort de chez moi un garçon qui est dans un certain nombre d’affaires des plus importantes et qui est terriblement mécontent de Ribot.

 

[1] « It’s a long way to Tipperary » est le chant de guerre des armées de l’Entente. Tipperary est une ville du sud de la république d’Irlande.

[2] Non identifiés.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *