31 mai 1916

31 mai 1916

 

J’avais à peine fini de t’écrire hier, mon cher Pierre, qu’un coup de téléphone me demandait si M. Paul Deschanel, qui préside aux destinées de la cage [1] du pont de la Concorde, pouvait venir me voir ou de lui indiquer l’endroit où il pourrait me rencontrer. Je me suis tout de suite dit qu’il avait un service à me rendre et j’ai attendu sa visite. Quand il m’a eu exposé sa petite affaire, question qui n’a d’intérêt que pour lui, nous avons causé. – J’ai fait tout ce que j’ai pu dans cette affaire de Comité secret. Je suis en règle au point de vue de la procédure. On ne pourra donc rien me reprocher. Vous comprenez combien la situation pour la Chambre est angoissante. Je ne connais rien aux choses militaires, mais enfin il y a là un couloir, un passage qui nous coûte un monde énorme. On a supplié de faire quelque chose sur un autre point du front, et à cela on répond que ce n’est pas possible. Et si quelque chose arrivait, on rendrait la Chambre responsable. Cette situation est terrible pour les parlementaires…

Tout ce discours était naturellement accompagné de toutes les physionomies qui devaient en souligner chaque passage, la physionomie appropriée. Il était nécessaire de faire pénétrer l’interlocuteur que chaque lâchage est une chose voulue et de nécessité patriotique. J’en suis resté très convaincu.

J’ai eu la visite du maire de ma commune [2]. Son état d’esprit ne m’a pas paru excellent et s’il faut y voir le reflet de l’opinion générale du pays, ce n’est pas très fameux. Maintenant, il faut se dire que c’est le Centre et que le recrutement y est fait pour le 12e corps qui a été terriblement éprouvé. Ce brave homme s’inquiète de l’après-guerre et n’a pas tort. J’avais vu hier un notaire de canton qui était tout à fait dans le même état d’esprit. Il est vrai aussi que son étude, des cinq ou six mille francs annuels, n’avait donné que mille et quelques francs. Comme il pronostique l’abandon des campagnes, il ne voit pas les transactions notariées abondantes dans l’avenir et cela ne lui donne pas de gaieté et encore moins d’optimisme tant il est vrai qu’on a beau faire, les intérêts généraux vous apparaissent toujours au travers des intérêts particuliers.

Une de mes connaissances m’a porté ce matin une lettre qui a son intérêt. Elle vient d’un officier anglais qui a suivi l’armée russe, Pares [3]. La Revue de Paris a publié des extraits de son ouvrage Avec l’Armée russe. Or Pares écrit à mon monsieur qu’il est assez curieux de constater maintenant que c’est du côté allemand que l’on fait des économies de munitions et il ajoute que, si l’on veut bien songer à tout ce qu’a fait l’armée russe dans sa dernière campagne, il est facile de s’imaginer avec quel enthousiasme et quel espoir cette armée s’apprête à marcher en avant.

Le hazard a fait que je déjeunais quelques instants après avec deux personnages qui, justement, s’occupent de munitions et de métallurgie. La première phrase les a étonnés car ils croient que l’Allemagne pourrait aussi bien fabriquer sept cent mille par jour que les Alliés trois cents. Ils croient peut-être à une économie due à ce qu’il n’y a pas grand-chose à faire momentanément sur ce front, mais pas du tout à la raréfaction de la matière.

Quant à la seconde partie, ils croient que les Russes ont chacun un fusil sur le front, et non pas comme autrefois un fusil pour trois ou quatre combattants. Ils n’en ont guère par exemple dans les dépôts, mais il leur paraît très probable qu’avec l’élan qu’ont ces troupes, elles puissent obtenir des résultats importants étant armées.

Mon vieux Pierre, il faut que je te lâche, il est 6 h, et ma lettre resterait en panne. J’ai cependant encore bien des choses à te dire.

Et

 

[1] Il s’agit du « perchoir » de la Chambre des députés que Paul Deschanel préside.

[2] Il s’agit probablement du maire du Monteil-au-Vicomte (Creuse).

[3] Sir Bernard Pares (1867-1949). Anglais. Officier qui a écrit Au jour le jour avec l’Armée russe, 1914-1915, trad. B. Mayra, Imhaus et Chapelot, 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *