30 mai 1916

30 mai 1916

 

Voilà les bêtises qui recommencent, mon cher Pierre. Tu verras notre article de ce soir sur la Grèce et la Bulgarie presque complètement caviardé. Rappelle-toi que, depuis octobre 1914, Delcassé nous avait enlevé tous nos articles prêchant la fourberie bulgare et la méthode d’énergie en Orient. Il est probable que ce n’est pas l’avis de la princesse Marie et qu’il faut avoir foi dans la parole de Constantin, comme lui-même a foi dans l’honneur de son beau-frère.

Quoi qu’il en soit, la Chambre est à la noire. On a levé la séance en signe de deuil pour Gallieni, mais l’ajournement à huit jours est mal pris. On y voit un truc de Briand pour gagner du temps après entente, et l’excitation est assez grande.

Dans les couloirs, il y eut un incident que je vais te raconter car il est bien probable que tu n’en trouveras trace nulle part. Brizon, un des héros de Kienthal, s’est approché de Briand et lui a dit : – Monsieur le Président, pourriez-vous m’expliquer comment il a pu se faire que la paix ait été conclue entre la Russie d’une part et l’Allemagne et l’Autriche d’autre part. Sur la frontière russe on ne tire pas un coup de fusil et les Allemands ont pu distraire toutes leurs troupes pour venir égorger nos armées à Verdun. Briand aurait levé les bras au ciel et répondu : – Eh bien, mon cher collègue, vous êtes mieux informé que moi car je ne connais rien de cette paix. Ce n’est pas la première fois, Monsieur le Président, que nous sommes mieux informés que vous. Nous l’avons toujours été et ce n’est que bien après tout le monde que vous avez su les choses. Briand haussa les épaules et ce fut fini.

Brizon prétendait tenir ses renseignements d’un officier qui avait combattu en Galicie.

La Chambre était pessimiste aussi à propos de Verdun. Il est à noter que le premier communiqué, lu à midi Rue François-Ier, portait ces mots : Enfin, à notre droite, les Allemands ont pu, malgré des efforts répétés, nous déloger, et le communiqué officiel à 2 h 1/2 disait : les Allemands n’ont pu nous déloger. Il y a une nuance.

J’ai déjeuné au Ritz avec les députés russes invités par Raffalovitch [1]. La table était présidée par ce dernier et Isvolski. Beaucoup de représentants financiers. J’étais à côté de ce fou d’Ignatiev qui me dit tout d’abord : – Quelle gaffe ont commis les Alliés aujourd’hui ? Chaque jour, il y en a une. Ce doit être la Grèce ? Il ne se trompait guère le fou. Ignatiev ne voit pas les Italiens aussi en péril qu’on le dit ; comme il habite le Grand Quartier, il doit refléter l’opinion de ce milieu.

J’ai eu une assez agréable conversation avec le comte Gourko [2] qui n’est pas Apollon, loin de là, mais assez au courant des choses françaises. Ces messieurs prétendent que l’on enverra maintenant beaucoup de Russes, de cinquante à soixante mille hommes. Ignatiev me disait que Gouraud avait été tout de suite très populaire au milieu des soldats russes qui l’appellent notre général et qui disent : – Faut-il que le bombardement ait été meurtrier pour que notre général ait été ainsi abîmé ? Pour eux, un général qui est touché représente des centaines de mille de cadavres, ce qui prouverait que les généraux russes n’aiment pas beaucoup à s’exposer.

Naturellement, comme les nouvelles troupes russes semblaient enchantées d’être affectées à l’armée Gouraud, on a tout de suite songé à les changer d’armée. Ignatiev a résisté de toutes ses forces et a obtenu qu’elles resteraient où elles sont.

Tu as dû voir que les crimes, cambriolages et autres méfaits se multiplient. Il y a eu sept grands cambriolages dans les quartiers élégants. Aujourd’hui, on a pillé une grande cordonnerie boulevard Sébastopol. La préfecture ne donne aucun renseignement et pour elle il n’y a rien. Le bon Laurent est terrorisé par Malvy, et ce dernier à déclaré au préfet : – Il n’y a pas de cambriolage, et la maison de la Cité [3] répète : – il n’y a pas de cambriolage.

Tout cela est bien, très bien, et nous présage d’heureux jours.

À toi d’affection.

Et

 

[1] Nicolas Raffalovitch. Russe. Directeur de la Banque russo-asiatique.

[2] Vassili Iossipovitch Gourko (1864-1937). Russe. Général. Chef de l’état-major général (1916).

[3] La préfecture de police.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *