29 mai 1916

29 mai 1916

 

Dear Peter, en te parlant hier de notre ami Denys, j’ai oublié de te mentionner un petit détail qu’il m’a donné sur Verdun. En un seul jour, il ne m’a pas précisé la date, on avait tiré deux cent quarante mille coups de canon ce qui, au prix où Thomas les compte, représenterait environ cinquante millions. De même, il m’ajouta que l’on avait représenté Joffre et Pétain comme en désaccord, mais qu’après les renseignements qu’ils avaient demandés et obtenus de Pétain lui-même, ce dernier était très content et que Joffre lui avait donné tout ce qu’il demandait.

À la suite d’une publication que nous avons faite d’une lettre d’un prisonnier français envoyé d’Heidelberg à Niesse par représailles, un de nos amis m’avait écrit et m’avait demandé de ne rien laisser passer sur ces représailles, se réservant de m’en parler. Or cet ami est venu me voir ce matin et m’a raconté ce qui suit.

Nos prisonniers d’Heidelberg étaient assez bien traités sous les ordres d’un commandant humain et intelligent. Ils jouissaient d’une liberté relative et, suivant l’impulsion du commandant, pouvaient travailler, ayant à leur disposition une sorte de bibliothèque composée de livres allemands, anglais, français, italiens, etc.

À Belle-Isle-en-Mer se trouvaient des prisonniers allemands sous la surveillance d’un commandant qui était une vraie brute. Naturellement, beaucoup d’Allemands auraient bien voulu s’échapper. Toute tentative fut réprimée avec la dernière énergie. Il se répandit tout à coup dans la population que la flotte allemande allait faire une descente à Belle-Isle et enlever les prisonniers. Le commandant se laissa aller à dire une parole que je ne veux pas écrire mais qui fut soigneusement recueillie à Berlin.

La situation devint telle qu’on emmena deux cent quarante de ces prisonniers dans le Cantal à . Or cette localité passe pour être un château. Ce fut bien un château autrefois et il y reste une tour, mais, à l’heure actuelle, c’est complètement inutilisable. On avait voulu au début de la guerre en faire un hôpital mais on dut y renoncer. Nos deux cent quarante prisonniers furent donc transportés dans cette localité où ils ne trouvèrent rien, et le commandant imbécile qui les a amenés là a pourvu à leur établissement, ou plutôt à leur entassement car il n’y avait place que pour une centaine au maximum. Pas de lits, des paillasses, onze mètres cube d’air par personne, pas de mobilier, une seule chaise par homme, aucun endroit pour placer leurs affaires (ni case, ni rayons), un seul cabinet pour deux cent quarante. Tu vois ce qu’a pu être cette installation pour des officiers. Par malheur, il y avait dans la bande quelques bonshommes haut titrés qui se sont plaints. Instantanément on a pris, on a choisi plutôt, dans différents camps (notamment à Heidelberg quarante environ) deux cent quarante Français que l’on a envoyés à Niesse où on leur a donné exactement le même régime que les Allemands à Saintangeau, avec cette différence cependant en faveur des nôtres, qu’on a mis des rayons à leur disposition pour placer leurs affaires.

Parmi les officiers envoyés à Niesse se trouvent le gendre[1] de Delatour [2] du Crédit foncier, le fils de Picavet [3] du Collège de France, etc. Tout ce monde-là s’est ému, on a fait des démarches auprès de Cambon, et, enfin, on vient d’obtenir que cent quarante officiers seraient envoyés en Corse et qu’on améliorerait la situation de ceux qui restent dans le Cantal.

J’ajoute qu’on retenait sur la solde des officiers allemands une somme de vingt mille et quelques francs pour loyer du château. La seule chose à peu près bonne pour ces gens-là, et qu’ils signalaient dans leurs lettres, c’est que, pour deux francs ils étaient supérieurement nourris.

Après cela, tu vois comme on est bien venu à crier représailles alors que tu sais la disproportion énorme qui existe entre les chiffres de nos prisonniers et des leurs.

Reçu ce matin la visite d’Alazard, un de nos correspondants d’Italie, qui a quitté Milan avant-hier. Il nous a dit que les Italiens avaient eu une peur formidable mais qu’ils semblaient rassurés maintenant. Bidou n’est pas très optimiste pour eux si les Autrichiens débouchent dans la plaine. Ils sont à cinquante kilomètres de Venise et peuvent couper toute l’armée italienne, le roi avec. Comme je disais à Bidou que j’avais su que le front de l’Isonzo avait été dégarni de troupes italiennes, notre ami en a paru un peu rassuré, espérant qu’ils auraient ramené leurs troupes sur le Pô, que ce pouvait être une manœuvre excellente. Les Autrichiens ne paraissent pas vouloir mener la campagne par l’Isonzo. La marche serait trop longue et trop difficile.

Certaines divisions italiennes n’ont pas paru disposées à affronter le bombardement autrichien. Amenées en renfort, elles ne sont allées qu’à moitié chemin.

Quels que soient les événements, il y a une tendance en ce moment dans les milieux militaires et politiques à voir l’Italie en noir. Peut-être ce mouvement est-il un peu exagéré et devons-nous avoir un peu de méfiance. En réalité, ce que font les Autrichiens en ce moment est ce que les Italiens avaient craint au début de la campagne. Ils s’y étaient préparés. Un an s’est écoulé. Depuis, leurs préparatifs ont pu se compléter.

Au revoir old man.

Your’s

Et

[Une lettre dactylographiée de Raffin-Dugens à Bordy, capitaine de génie]

[1] Paul Coulon (1877-1930) a épousé Andrée Delatour, fille d’Albert Delatour. Polytechnicien. Militaire puis banquier à la Caisse des dépôts et consignations.

[2] Nalèche se trompe de banque. Albert Delatour (1858-1938). Directeur de la Caisse des dépôts et consignations (1900).

[3] François Picavet (1851-1921). Homme de lettres. Philosophe, spécialiste de Kant. Secrétaire du Collège de France (1904). Directeur à l’École pratique des hautes études. Professeur d’histoire des philosophies médiévales à la Sorbonne (1906).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *