27 mai 1916

27 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Reçu à midi ta lettre d’hier. Je te parlerai plus tard de l’Alter ego. Petit à petit la lumière se fait, et je crois maintenant avoir trouvé les raisons de cette volte-face opérée presque sans transition.

J’ai eu l’occasion ce matin de téléphoner à Paul [1] pour un renseignement d’ordre industriel demandé par un de nos abonnés. Je lui ai raconté une assez curieuse histoire qui venait de m’être dite. Les trois anabaptistes qui sont allés au congrès de Kienthal et dont l’un, Raffin-Dugens, a tant fait parler de lui hier et aujourd’hui, ont tenu à Kienthal devant les internationalistes les discours les plus nationalistes. Cette attitude inattendue avait été motivée par les Allemands qui les avaient tellement mal reçus, traités avec tant de mépris et violence, que nos pacifistes exaspérés avaient pris le contre-pied. Une fois rentrés en France, ils reprirent leurs petits papotages d’autrefois, et, dans leur désir de faire de la surenchère, ils ont oublié les scènes de Kienthal. Ne trouves-tu pas la chose assez comique ? Nous y avons fait une allusion dans notre article.

Je laisse de côté aujourd’hui toutes les grosses questions Comité secret, guerre, etc., pour te raconter quelques anecdotes.

Un de mes amis qui a une propriété entre Trappes et Saint-Cyr voisine de l’étang [2] qui appartient à l’État, me dit que cet étang était loué à un quidam qui, ne pouvant arriver à payer, avait passé cette location à Bunau-Varilla [3]. Or, dimanche dernier, trois personnages dont une dame sont venus y passer la journée. Ils ont fait préparer un bon petit repas par le garde et ils ont fait là une petite fête champêtre. Ces trois personnages simplets étaient S.A.R le prince Georges, S.A.R la princesse Marie et Briand. Il paraîtrait que Bunau-Varilla avait donné au garde les ordres pour que, chaque fois qu’il plairait au proconsul de venir, il soit traité à l’égal de lui-même Bunau. Voilà comment on se repose des grandes affaires de l’État.

Cette anecdote m’en a remis une autre en mémoire. Lorsque les parlementaires italiens sont arrivés à Paris, Luzzatti [4], dont la mégalomanie ne connaît plus de bornes, avait convoqué à son hôtel Briand, Hanotaux [5], Pichon et je ne sais plus quels autres pour 10 h du soir. Pas de réponse de Briand. Luzzatti s’inquiète de savoir s’il a bien reçu sa lettre. On cherche Briand, pas de Briand. Quelqu’un du ministère répondit. Je ne pouvais cependant lui dire que Briand était à Saint-Cloud chez… tu sais qui mieux que personne.

Le lendemain, un mot de Briand l’excusait de n’avoir pu se rendre à la convocation. À tout prendre, il est très heureux qu’il n’y soit pas allé car un président du Conseil français n’avait pas à ce rendre aux ordres de ce vieux madré et glorieux de Luzzatti.

Encore des histoires bien édifiantes. Tu as su que ce pauvre Pierre Baudin [6] était menacé de paralysie générale, plus que menacé même, car sa pauvre tête a déjà un peu déménagé. J’avais vu à Évian le ménage Pierre Baudin. Lui est un excellent garçon, pas très intelligent, mais consciencieux et travailleur, elle était assez jolie personne. Le ménage semblait uni. C’était du reste sa seconde femme[7], la première[8] avait levé le pied après des scènes inénarrables avec un jésuite.

Or voici ce que j’apprends. La femme actuelle est la fille de ce docteur Ochs [9] qui fut un des acteurs de cette crapuleuse affaire des chemins de fer d’Abyssinie. La famille Ochs avait mis la main sur notre pauvre ministre espérant bien que ce lui serait une force dans l’avenir. Deux ou trois fois, Baudin avait voulu se dégager mais on le retint par les basques de son habit et, finalement, il épousa. On avait annoncé trois ou quatre cent mille francs de dot. Au jour de la signature il n’y avait plus rien – Émoi – Un ami prêta cent mille francs qui disparurent le lendemain.

Au début de l’union, tout alla bien. Baudin gagnait soixante ou quatre vingt mille francs par an. Mais maintenant que le pauvre diable est fichu, cyniquement la femme déclara qu’elle ne pouvait plus vivre. Elle prit ouvertement un amant et chercha à faire interner son mari pour se faire délivrer le droit de disposer de tout, Baudin ayant à droite et à gauche quelques centaines de mille francs.

Mais ce malheureux avait une fille du premier lit qu’il aimait beaucoup et celle-ci se démena si bien qu’elle arriva à éviter la séquestration et à mobiliser le vieux docteur Baudin [10] le père, qui réclama son fils et le fit venir dans l’Ain.

Voilà où en est l’affaire.

Je t’ai parlé il y a quelque temps des formidables parties de Charles Humbert à Monte-Carlo. Mais il y a mieux. Tous les mercredis chez Malvy il y a jeu. Poker terrible où tous ces soutiens de notre République se donnent rendez-vous. Le ton qui doit régner dans ces salons, je te le laisse à penser. Sur ces édifiantes histoires je te quitte, mon vieux Pierre.

Et

 

[1] Paul Lebaudy.

[2] L’Étang-la-Ville (Seine-et-Oise).

[3] Maurice Bunau-Varilla (1856-1944). Propriétaire et directeur du Matin depuis 1900.

[4] Luigi Luzzatti (1841-1927). Italien. Juriste et économiste. Président du Conseil (1910-1911).

[5] Gabriel Hanotaux (1853-1944). Homme politique. Historien, élu à l’Académie française en 1897 au fauteuil de Paul Bourget. Membre fondateur de la Société d’histoire de la IIIe République et du Comité France-Amérique.

[6] Pierre Baudin (1863-1917). Journaliste. Homme politique. Député radical socialiste de la Seine (1898-1902), puis de l’Ain (1902-1909). Ancien ministre.

[7] Mme Pierre Baudin, née Georgette Ochs (1884-19). Elle épouse Pierre Baudin en 1907.

[8] La première Mme Pierre Baudin, née Alice Lafargue (1869-19), s’était mariée en 1893 et avait divorcé en 1902.

[9] Louis Ochs. Médecin.

[10] Camille Baudin (1827-1917). Père de Pierre Baudin. Médecin à l’hôpital de Nantua. Homme politique. Sous-préfet de l’Ain (1876-1877). Maire de Nantua (1881-1885).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *