26 mai 1916

26 mai 1916

 

Ce sont les mêmes sujets qui continuent à préoccuper tout le monde, mon cher Pierre, peut-être en est-il de même dans ton entourage. J’ai vu ce matin un ou deux parlementaires, et il me semble que la question Comité secret en est restée à peu près au point que je t’expliquais hier. Beaucoup de députés ont signé, qui ne voteraient pas si le débat sur le comité venait à se poser en engageant la responsabilité du gouvernement. Remarque que des gens comme Lazare Weiller, gouvernementaux par principe, ont voté. On continue à croire que Briand ne posera pas la question de confiance là-dessus, et comme me le disait un député aujourd’hui, rien ne prouve, du moment que le débat ne sera pas public, que l’on aboutisse à une crise. Dans les commissions, le ton est sensiblement moins élevé qu’en séance et il se peut très bien qu’avec les déclarations de Briand un certain accord s’établisse. En tout cas, c’est bien précaire, et le président sera viré. Chacun conserve dans son cœur son généralissime. Meunier-Surcouf [1] fait campagne en faveur de celui dont il est officier d’ordonnance, Foch, et tous les autres ont comme cela un candidat de leur choix.

L’affaire des nouveaux impôts [2] est également un sujet d’inquiétude. On s’attache à trouver dans l’opposition à ce projet une campagne contre le cabinet. Tu vois que Briand a fort à faire pour naviguer au milieu des écueils semés à plaisir sur sa route.

[manque la suite]

[1] Charles Meunier-Surcouf (1869-1956). Industriel. Officier d’artillerie, officier d’ordonnance de Foch. Il est député gauche démocratique des Côtes-du-Nord (1913-1919).

[2] La loi du 15 juillet 1914 institue l’impôt général sur le revenu et la loi du 31 juillet 1917 crée les impôts cédulaires : l’impôt foncier des propriétés bâties et des propriétés non bâties et l’impôt sur le revenu des valeurs mobilières, issus de contributions anciennes réformées, adaptées et incorporées au système nouveau par la loi du 29 mars 1914. Les autres seront créés par la loi du 31 juillet 1917. Il s’agit des impôts sur les traitements et salaires, les bénéfices de l’exploitation agricole, les bénéfices industriels et commerciaux et les bénéfices des professions non commerciales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *