25 mai 1916

25 mai 1916

 

On continue, mon cher Pierre, à se préoccuper vivement du Comité secret en faveur duquel, comme je te le signalais hier, il y a augmentation de partisans, et l’on se demande si Briand, qui cependant serait sûr d’une majorité, voudrait risquer de l’emporter en posant la question et en sortant affaibli de la lutte avec deux cents voix contre lui. On dit qu’il accepterait, quitte à ne donner dans cette séance que les mêmes renseignements qu’il aurait pu donner en réunion publique. Ce qui revient à dire que, ne pouvant empêcher, il chercherait à canaliser les choses ainsi qu’il en a une si grande habitude et à reprendre le dessus avec du doigté et de l’habileté.

Quoi qu’il en soit, tout cela n’est pas indicatif d’un très bon état d’esprit, et les communiqués moins favorables sur tous les fronts n’inclinent pas les esprits à l’optimisme.

Ce que cherchent tous ces parlementaires, c’est le commandement et je m’en tiens toujours au raisonnement que je te faisais l’autre jour. On veut, en se servant des éléments honnêtes mais naïfs, briser l’arche sainte pour arriver plus tard à la remplacer par une urne à la merci des fluctuations politiques.

Je ne sais si tu l’auras remarqué, mais Tardieu avait fait avant-hier un article au Petit Parisien dans lequel l’éminent journaliste interdit toute offensive. Un de mes amis, si plus tard le nom et la fonction t’intéressent je te dirai les deux, revient de Verdun. Somme toute, nous avons reperdu tout ce que nous avions gagné, mais presque rien en plus. La supériorité de notre infanterie serait très grande mais nous sommes dominés par l’artillerie ennemie et, à cause de cela, ces petites offensives du genre de celles que nous avons prises n’ont pu conserver leurs résultats.

Mon personnage a passé partout et a tout vu et il serait contraire à une offensive qui ne serait pas le résultat d’une préparation complète et définitive. En tout cas, si on veut la faire, il faudrait que ce soit avec les Anglais. Tu en vois les raisons.

Il estime que c’est à l’infériorité de leur infanterie que nos ennemis doivent de n’avoir pas réussi à aller plus avant… car plusieurs fois la route s’est ouverte devant eux.

Mon ami est arrivé ce matin, tu vois que ses impressions sont fraîches.

Dans tous les milieux militaires on serait d’avis qu’il y a quelque chose à changer. Que l’on garde Joffre si on veut, dit-on, mais que le major général ait la direction de l’État-Major.

Tu as lu sans doute l’article de Tardieu dans Le Petit Parisien, entièrement conçu contre Joffre. J’ai su que Tardieu a été l’année dernière un de ceux qui ont le plus contribué à tromper l’opinion. Il est l’auteur d’une série de notes et d’articles envoyés à la presse lorsqu’il était le chef du service [1] dans lesquels nous regorgions de munitions, de gros canons et prêchant la victoire certaine, etc. Aujourd’hui, il se retourne contre son patron qui, de sergent, l’a amené en un an au grade de capitaine. Il n’y a pas de grand homme pour son valet de chambre, dit le proverbe… alors…

En tout cas, les articles restent et, dans l’avenir, quand on débrouillera l’historique de cette guerre, les prospectus de Tardieu ne seront pas un mince sujet d’étonnement.

Notre petit conseil a demandé à M. Isaac, président honoraire de la Chambre de commerce de Lyon, conseil supérieur du Travail, Canal de Suez, Compagnie d’Orléans [2], et tout à fait charmant et intelligent, de nous donner sa collaboration. M. Isaac a accepté. J’espère que tu n’y vois aucun inconvénient.

Étant donné le rôle du père Aynard dans notre maison, et somme toute l’aide qu’il nous avait toujours donnée, je suis chargé de te consulter pour te demander si tu ne verrais pas d’inconvénient à nous adjoindre son fils Francisque Aynard [3] qui est lui aussi un garçon très intelligent. Il est déjà du conseil du PLM.

Tu me diras ce que tu penses et je ferai aussitôt la démarche.

Ton vieil

Et

 

[1] André Tardieu est à la tête de la section d’information de l’armée du Grand Quartier général.

[2] Nalèche se trompe. Auguste Isaac est membre du conseil d’administration de la Compagnie des chemins de fer du PLM et non de la Compagnie des chemins de fer de l’Orléans.

[3] Francisque Aynard (1869-1954). D’une famille de bourgeois lyonnais, troisième fils d’Édouard Aynard, il fait partie du conseil d’administration de la Compagnie des chemins de fer du PLM et est associé à la banque familiale Aynard et fils à partir de 1910.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *