24 mai 1916

24 mai 1916

 

Le temps est gris et orageux, mon cher Pierre, la même température règne dans tous les milieux bourgeois ou politiques, civils ou militaires. Le communiqué n’est pas fameux, et les esprits s’agitent de nouveau au Parlement à propos du Comité secret. Un député me disait ce matin qu’il est un peu inquiet de voir combien cette idée gagne du terrain, et la raison de cet accroissement, il la voit en ce qu’une centaine de députés auraient reçu la promesse de faire partie du nouveau cabinet, et une centaine encore pensent qu’ils pourront bénéficier d’un poste. Parmi les agités, se distingue un petit monsieur de Bretagne élu par les conservateurs et qui joue un rôle de bas intrigant. C’est le sieur de Chappedelaine [1] qui, maintenant, est au mieux avec ce produit du même département qui répond au nom de Kerguézec.

Je crois que Briand va essayer de noyer l’affaire dans une discussion sur la procédure à suivre en cas de Comité secret. Si on s’embarque dans la réglementation, on en aurait pour quelque temps.

Notre dîner d’hier au soir fut très réussi. Paul [2] qui s’était annoncé n’y est pas venu. Pas mal de membres de l’Institut, mon vieux membre du conseil de l’empire qui avait vu Chaumeix hier et qui m’a demandé si mon Alter ego venait au dîner. Il y est en effet venu, mais j’ai compris que le raccrochage était très complet. J’ai eu une assez longue conversation avec mon Alter ego sur les différentes questions à l’ordre du jour. Comme je crois te l’avoir dit, il m’a demandé de le faire déjeuner avec un assez important personnage. Je suis un peu perplexe. Le déjeuner a lieu demain, mais je crains toujours que la conversation sous cette couleur un peu intime ne soit demandée par les chefs. N’est-ce pas ton avis ?

Un de nos collaborateurs, retour d’Italie, a entendu dire plusieurs fois, et par des gens qui ne sont pas les premiers venus, que Verdun et la résistance magnifique des Français est due aux secours que les Italiens ont envoyés. Deux cent mille hommes, disent ces glorieux fils de Rome. Mais il n’y a pas d’uniformes italiens – Je crois bien ; ils sont équipés par la France.

Et on a imprimé cette bourde !

Ton affectionné

Et

 

[1] Louis de Chappedelaine (1876-1939). Avocat. Homme politique. Député libéral puis radical indépendant des Côtes-du-Nord (1910-1939).

[2] Paul Lebaudy.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *