22 mai 1916

22 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Rien de bien intéressant depuis hier, je n’ai vu aujourd’hui que très peu de monde. La chaleur doit apporter un peu de langueur et de flegme partout.

Néanmoins, j’ai su par quelqu’un de la présidence que le cabinet Bratiano avait été extrêmement menacé ces jours-ci et qu’il a été bien près de sauter. Ce serait la neutralité de toute façon, mais si le ministère avait succombé, je crois bien que cette neutralité n’aurait plus rien eu de bienveillant. C’est la continuation des histoires que je te racontais et dans lesquelles nous avions la preuve que notre diplomatie voyait tout à travers les lunettes russes, ce qui colore tout de la façon la plus fâcheuse et la moins exacte. Les affaires polonaises ne doivent pas non plus marcher dans la perfection car Chaumeix m’a téléphoné pour me demander s’il pouvait se recommander de moi pour aller trouver ce vieux Polonais si intelligent dont je t’ai déjà parlé. Évidemment, le patron voudrait entendre un autre son de cloche. C’est toujours la même chose, ils ne vous croient pas quand on leur dit ce qui se passe, ils continuent dans leurs errements en ayant l’air de se moquer de votre ignorance, et lorsque les gaffes sont faites, ils s’avisent que vous auriez bien pu avoir raison.

J’ai mis rapidement Chaumeix au courant de ce qu’était mon homme, de sa tournure d’esprit et des travaux qu’il avait faits, dont l’un notamment que la censure a supprimé et qui est un chef-d’œuvre sur la politique suivie par les Russes et les énormes fautes commises par eux en Pologne.

Cette histoire me met en mémoire la démarche que j’ai faite à une époque auprès du président de la République pour lui expliquer ce qu’était le nouveau ministre Stürmer [1]. Personne, ni Briand, ni Berthelot, ni Poincaré n’en avaient la moindre donnée. Pour eux, c’était la même politique qui allait continuer. Ils m’ont affirmé, et ils ont donné aux journaux la même note, que l’arrivée de Stürmer était plutôt favorable à nos intérêts. – Néanmoins, ajoutait-on aimablement, nous prenons bonne note de ce que vous venez de nous dire et nous allons attirer l’attention de notre ambassadeur sur ce point. Paléologue, dans sa dépêche que l’on m’a lue, disait qu’il ne connaissait pas Stürmer mais qu’il le croyait très bien disposé, etc. Aujourd’hui on a déchanté, on s’est aperçu à ses dépens que Stürmer était bien à tendances allemandes et que presque toutes les malversations que l’on reproche au ministre de la Guerre sont bien dues à Stürmer. Ne t’ai-je pas du reste parlé de cela autrefois ?

Mon collaborateur, attaché à la maison qui est dans la Cité [2], me dit que dans ce foyer à fausses nouvelles on est au sombre à cause de l’effroyable tuerie de Verdun qui impressionne les hommes, du reste, tant d’un côté que de l’autre.

Pétain est réellement fiancé, mais pas avec Melle de Baye [3], avec Mme Tesson [4] dont le mari a été tué au Maroc. Pétain, d’après Mme Tesson, dit qu’à la fin de ce mois l’affaire de Verdun sera abandonnée par les Allemands et qu’il n’en sera plus question. Dieu l’entende.

À demain, my old Peter.

Ton affectionné

Et

 

Parmi les potins dont je te parlais plus haut, il paraîtrait que des gendarmes auraient été pendus par des indisciplinés.

 

 

[1] Boris Stürmer (1848-1917). Russe. Homme politique. Nouveau ministre des Affaires étrangères jusqu’en novembre 1916. Germanophile.

[2] La préfecture de police.

[3] Yolande de Baye.

[4] Andrée Tesson.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *