17 avril 1916

17 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je ne t’écrirai plus maintenant avant ton arrivée à Paris où j’espère avoir le grand plaisir de te voir un peu.

Et même ce mot n’est écrit que pour ne pas interrompre les bonnes habitudes car je crains qu’il ne te parvienne pas avant ton départ.

Grand revirement d’André Chaumeix. Il s’est tout à coup rapproché de nous, téléphone, se tient au courant, fait des articles, en offre d’autres, enfin manifeste une activité pour nous servir qui, venant après vingt mois de quasi-silence, est curieux. Il y a des raisons profondes évidemment. Moi je continue à ne m’apercevoir de rien et à prendre les choses comme tout à fait naturelles. Est-ce cocasse !

Je viens d’avoir la conversation la plus intéressante avec un homme qui revient de Suisse où il était allé étudier la question orientale. Il m’a démenti formellement tous les bruits de négociations qui avaient couru, et le tableau qu’il m’a tracé de la situation qui a suivi Erzeroum me paraît assez exact.

Après Erzeroum, impossibilité pour les Turcs de faire face à leurs engagements avec les Bulgares. Tous les projets sur l’Égypte sont ruinés. Prélèvement de presque toutes les troupes turques en Thrace envoyées dans trois directions pour faire face aux trois avancées russes. Une armée reste intacte en Syrie.

À Constantinople, très peu de Turcs. Vingt mille Allemands tiennent les Dardanelles. Le Bosphore est gardé également presque uniquement par les Allemands, officiers, sous-officiers et artilleurs. Les Allemands sont répartis dans Constantinople par petits paquets sur les points choisis par eux et armés de mitrailleuses.

Donc, les Allemands tiennent les deux serrures et le chemin de fer de Bulgarie à Constantinople. Je reçois d’autre part une lettre d’un officier supérieur de l’Est qui ne voit pas de victoire possible autre que celle de la famine.

Tu as vu l’attaque russe dans le Nord ; malgré tout, si sur tous les points on attaque avec vigueur, les Allemands auront du mal à lutter.

Je viens de croiser celui de mes collaborateurs qui fait la préfecture de police. Quelle est la dernière fausse nouvelle préfectorale ? lui ai-je demandé. Tu sais que cet endroit est un magnifique foyer à potins, tout comme la Chambre. Il me répondit : la dernière fausse nouvelle, c’est le déclenchement de la Roumanie dans la deuxième quinzaine d’août après les chaleurs. C’est aussi le passage clandestin et autorisé des Russes sur un morceau de territoire roumain pour aller en Hongrie.

Et voilà, mon vieux Pierre.

Ton affectionné

Et

 

À l’enterrement Rohan [1] ce matin, une foule immense. Jamais ce pauvre Rohan ne s’est connu autant d’amis. Mon reporter qui prenait les noms était assailli par les gens qui voulaient absolument que leur nom figurât dans le compte rendu. Nous n’avons pu faire droit à ces demandes à cause de la place dont nous disposons, mais Le Figaro reprendra cela demain, et nous verrons une belle colonne. Paris est toujours le même.

[1] Il s’agit peut-être de Josselin (1879-1916), duc de Rohan, capitaine de chasseurs à pied, tué à l’ennemi à Hardecourt-les-Bois, blessé mortellement le 13 juillet 1916 et qui meurt le 14. Il y a donc un problème de dates.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *