14 avril 1916

14 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

J’aurais joliment des choses à te dire, malheureusement, le fait que l’on recueille des nouvelles et des récits fait aussi que la journée se trouve trop courte. Hier, par exemple, j’ai vu tant de monde que le temps m’a complètement manqué [1]. Je t’avais laissé sur le déjeuner avec l’ami Chaumeix. Ce serait bien amusant si sa venue avait eu quelque corrélation avec ma visite à Marguerite. Son but spécial était de me demander mon avis sur les services de la Rue François-Ier et que le colonel [2] (me disait-il) attachait la plus grande importance à le connaître. Il m’a paru surprenant que ce brave ait eu comme cela besoin d’un avis dont il se passe parfaitement. Mon avis est bien simple mais je me suis gardé de le donner autrement que par des formules vagues de scepticisme. Somme toute, il n’y a dans cette maison, à part trois ou quatre dont Chaumeix, qu’une collection de métèques, presque tous juifs ou semi juifs, composant le monde des lettres, des arts décadents. C’est un salon que l’on compose, je crois, pour quelqu’un. Chez presque aucun des gens qui sont là, tu ne trouves véritablement ce que nous pourrions appeler l’esprit français. Le grand chef lui-même [3], tu sais de qui je veux parler, trouves-tu qu’il ait l’esprit français ? Le malheur de tout cela, c’est que cette maison est appelée à répandre la propagande dans le monde et que le rôle peut devenir important à un moment donné et aussi préjudiciable qu’il sera important.

Note en plus que tout ce qui pourrait avoir des tendances religieuses est exclu et je crois bien même que sont suspects tous les écrivains ou voyageurs qui auraient fait, dans leurs articles ou dans leurs récits, reposer notre influence en Orient par exemple, sur les établissements religieux, même si les écrivains sont de simples libres-penseurs. Tire les conséquences de tout cela en pensant que cette force est entre les mains d’un seul personnage qui n’admet pas que l’Église dont il est le pontife.

J’ai jeté déjà depuis plusieurs jours le coup de sonde pour savoir ce qui se passait dans notre usine. J’ai d’abord vu quelqu’un qui travaille avec l’ingénieur en chef et il m’a affirmé que nous n’avions pas à craindre d’arrêt par le fait des matières premières. Malgré la hausse des frets, on a continué à recevoir très normalement les cargaisons, et le stock reste assez important pour qu’on ne subisse pas d’arrêt toujours fâcheux en face d’une concurrence terriblement active. De plus, j’ai causé avec l’intermédiaire qui procure les matières premières qui se trouve par conséquent complètement au courant des demandes de l’exploitation, et des réponses qui lui sont faites par les fournisseurs. L’exploitation avait eu en effet des inquiétudes, mais on les a complètement calmées. Il ne pouvait être question des petites machines qui, elles, peuvent travailler jour et nuit sans aucune crainte. Quant aux grandes machines, elles sont largement approvisionnées et même, d’ici à six semaines, elles seront en mesure de travailler dans les proportions inconnues jusqu’ici.

J’espère donc que dans ces conditions nous pourrons arriver à la fin de l’exercice avec des dividendes, du moins si nous nous en rapportons à ces deux sources de renseignements.

Je te faisais part hier de mes inquiétudes grecques et roumaines. Elles ne sont pas dissipées. Je les ai longuement expliquées à Chaumeix qui m’a promis de voir aujourd’hui les deux B [4]. Je lui ai téléphoné tantôt, et il m’a de nouveau affirmé qu’il les voyait cet après-midi. Dans quelle mesure peut-il leur parler carrément, voilà ce que je ne sais pas. Mais en tout cas, il lui sera facile de se retrancher derrière moi.

Au revoir, mon cher Pierre.

Ton affectionné

Et

[1] Nalèche n’évoque pas dans cette lettre le dîner rapporté par François de Wendel : « Nalèche, avec qui je dînais hier (dîner Galliffet), confirme les difficultés des Russes aux usines Poutilov. » François de Wendel, Journal, 14 avril 1916.

[2] Il s’agit du colonel Victor Dupuis.

[3] Il s’agit probablement de Philippe Berthelot.

[4] Aristide Briand et Philippe Berthelot.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *