13 avril 1916

13 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je suis, je te l’avoue, très inquiet et préoccupé des affaires roumaines. Tu sais que j’étais allé voir Briand il y a quelque temps et que je l’avais mis au courant de ce que je croyais savoir [1]. A-t-il pris au sérieux ce que je lui disais ? Je crains que non. La Roumanie se trouve en ce moment au point psychologique où elle croit de son intérêt de prendre parti. Les Allemands lui offrent tout. La France et la Russie refusent les conditions qu’elle demande. La laissera-t-on s’en aller vers l’Allemagne ? Voilà ce que j’avais dit à Briand en lui racontant également des projets de Sazonov [2], appuyés, me disait-on, par Pétain qui devait nous conduire à être bernés, comme cela s’est passé avec les Bulgares.

Toutes les nouvelles que je reçois sont mauvaises. Une indiscrétion, dans les circonstances que je te raconterai, m’a révélé l’état d’esprit de la légation. Berthelot, auprès de qui une démarche aurait été faite dans le même sens que la mienne, a, de son air un peu ironique, dit qu’il était très au courant et que rien n’était sérieux. Cependant, Delcassé [3] n’est plus là. Espérons que les yeux seront ouverts et qu’il n’est pas encore trop tard. Mais, je le répète, je suis profondément inquiet.

Je t’envoie ce que la censure m’a enlevé ce soir. Ce sont des informations originales venant de nos correspondants. Je ne me rends pas très bien compte, du reste, du danger qu’elles présentaient. Enfin.

Ton vieil

Et

 

À l’instant, un garçon qui est de nos services d’ici, mobilisé avec les Russes, vient me dire que dans son entourage on craint le revirement roumain et me demander des renseignements. Tu vois que cela gagne.

Chaumeix est venu déjeuner avec moi. Il m’a demandé différentes choses de la part de son chef, mais, je ne sais si je me trompe, je ne serais pas étonné que sa visite fût une conséquence de ma propre visite à Marguerite à qui je n’avais rien dit mais, cependant, j’avais parlé un peu de la Rue François-Ier. À demain.

[1] Cf. lettre du 3 avril 1916.

[2] Serghei Dmitrievitch Sazonov (1860-1927). Russe. Diplomate. Il est alors ministre des Affaires étrangères de Russie (1910-1916).

[3] Théophile Delcassé était ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Viviani jusqu’au 13 octobre 1915.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *