8 avril 1916

8 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Si les nouvelles de la Rue François-Ier t’intéressent toujours, en voici une bien indicatrice des mœurs de tout ce monde pendant la guerre. Le brave colonel Dupuis, chef de la bande, leur chef parce qu’il les suit, a été l’objet, comme tu le sais, d’une nouvelle promotion dans l’ordre national [1]. Ses collaborateurs ont désiré fêter cette distinction d’autant plus méritoire qu’elle n’avait pas été gagnée au front pour des actes de férocité barbare mais bien pour les sains et calmes travaux de la paix. Ils ont organisé un dîner. Le repas a eu lieu dans l’endroit le plus sérieux de Paris, au Fouquet’s bar, 1er étage, avant-hier. Mais les organisateurs n’ont pas voulu que cette fête fût une fête donnée entre hommes. Les dames de la maison ont tenu à accompagner leurs maris. Or donc, avant-hier, au Fouquet’s bar, on a pu voir dans le public spécial qui compose la clientèle de ce restaurant, tous les employés de la Rue François-Ier et leurs dames groupés autour du colonel dans le même élan de patriotisme enthousiaste. Te citerais-je quelques noms de ce magnifique panachage : M. et Mme Colrat [2], M. Henry de Jouvenel et Mme Colette Willy [3], M. et Mme Chaumeix, Mme Laloy [4] ????, M. Bloch-Laroque [5] et sa compagne pensionnaire de l’Opéra, un courriériste dramatique et sa bonne amie, et., etc. Au dessert, Mme Colette Willy a porté un toast au colonel Dupuis, a donné une armée au Major général. La fête, enfin, a été en tous points réussie.

Que penses-tu de cela ?

Du reste, les scandales ne se bornent pas à des scènes de ce genre où les personnages, dans le fond, ne sont que des comparses, un peu la moisissure de la société parisienne, mais il y en a d’autres où les personnages sont de premier plan. Par exemple, le remplacement du général Maunoury par le général Dubail à Paris. Cette mutation représente en réalité l’aboutissement d’une lutte qui dure depuis des mois entre la police militaire et la police civile. Le général Maunoury n’avait-il pas commis il y a quelques semaines l’indigne maladresse de ramasser et d’envoyer dans un camp de concentration la folle maîtresse austro allemande de notre cher M.. De ce jour, le général était condamné et il fallait avoir sa peau. Il en est de même pour l’affaire Lombard-Garfunkel. Lombard [6] était très bien avec ledit M. qui a tout fait pour le sauver mais n’y a pas réussi devant l’entêtement décidément malfaisant du général. En tout cas, on avait pu faire évader Garfunkel [7]. Mais voilà-t-il pas que le gouverneur, en vertu de ses pouvoirs de police, a envoyé en Suisse des agents qui ont mis la main sur cet homme vertueux. Non, c’est vraiment criminel. Aussi, le brave Dubail, qui ne verra rien à ces micmacs mais exécutera ponctuellement les ordres que l’autorité de la place Beauvau [8] lui donnera, va-t-il enfin remettre tout en bonne voie.

Malgré tout, Dubail s’embête depuis quelques jours. Il a aux Invalides le plus beau cabinet qui se puisse imaginer, la table sur laquelle il écrit est une table historique. Néanmoins, S. E. s’ennuie. Son état-major est au 31, boulevard des Invalides. Alors on ne vient plus, on n’entre plus chez lui. C’est l’isolement de la puissance et cela le désole.

Je te raconte des histoires de gros numéros, mais s’il y en avait un à placer ce serait le ministère du Commerce. Là s’élaborent les marchés les plus extraordinaires. Là s’exercent avec le plus d’efficacité les influences féminines les plus inférieures, car tu penses que les égéries de ces messieurs ne sont pas prises généralement dans le gratin.

C’est le Rodolphe Salis [9] des États-Unis qui est actuellement le grand dispensateur des marchés commerciaux français.

Dis-moi par un mot, mon vieux Pierre, si tu as bien reçu cette lettre. Je ne voudrais cependant pas te compromettre, et si cela te gênait d’en recevoir comme cela, tu me l’indiquerais par un signe.

Ton vieil

Et

[1] Il s’agit probablement d’une promotion dans l’ordre de la Légion d’honneur remise au colonel Victor Dupuis, directeur de la Maison de la Presse.

[2] On vient de confier à Maurice Colrat la direction du Bulletin des armées.

[3] Sidonie Gabrielle Colette (1873-1954). Épouse en secondes noces d’Henry de Jouvenel, rédacteur au Matin.

[4] Mme Louis Laloy (1879-1952). Née Suzanik Babaïan. Pianiste de concerts.

[5] Raoul Bloch-Laroque (1868-1958). Substitut du procureur général près la Cour d’appel, puis avocat général à la Cour de cassation.

[6] Achille Lombard (1869-19). Médecin. Homme politique. Conseiller municipal de Sceaux. Homme de réseau, très actif dans des associations. Au début de la guerre, il conserve son cabinet médical 11, rue de Cluny, Paris Ve, et crée une société de la Croix de Lorraine pour secourir les soldats blessés. Il devient médecin adjoint à l’hôpital Villemin 27, rue du Temple, Paris, IVe. Il fonde en janvier 1915, un hôpital complémentaire 2, rue Maillot à Neuilly.

[7] Istkia Garfunkel est l’un des protagonistes de l’affaire des réformes frauduleuses.

[8] Le ministère de l’Intérieur est situé place Beauvau, Paris, VIIIe.

[9] Nalèche fait allusion, par comparaison, à Rodolphe Salis (1851-1897), fondateur du cabaret du Chat noir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *