7 avril 1916

7 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je crois que notre ami de Madrid [1] est sauvé, pour le moment du moins. Cela ressort d’une conversation qui eut lieu entre Berthelot et un de mes amis parlementaire. Ce dernier part pour l’Espagne et, ex abrupto, il a demandé à Berthelot : – Je ferai bien, n’est-ce pas, d’aller voir notre représentant. Du reste, l’y trouverai-je encore et ne sera-t-il pas déjà remplacé, les compétitions étant nombreuses et ardentes. Pams, je sais qui il est, mais n’était-il pas question de mettre à sa place quelqu’un de la commission des Affaires étrangères, moitié rapin, moitié calicot, je veux dire L. [2] – Sans vouloir me servir de qualificatifs semblables à l’égard d’un de vos collègues, fut-il répondu, je pense qu’il n’y aura pas de changement. Le roi a insisté très vivement pour garder notre représentant et nous voulons donner satisfaction à cette intervention personnelle. Nous voilà donc préservés de L. quant à présent, mais, d’après cela, tu vois que mon intervention de l’autre jour était bonne et que le danger d’avoir là-bas ce comique était réel.

J’ai reçu tout à l’heure de Milan un télégramme que je ne donne pas, mais qui m’envoyait, d’après un article paru ce matin dans le Corriere della Sera, les prétendues raisons de la retraite du ministre de l’Intérieur de Russie. Kivorstoff, raconte le journal italien, avait entrepris une campagne contre Raspoutine [3] et l’influence germanique. (L’association n’est pas tout à fait juste. Raspoutine n’a pas, jusqu’à présent je crois, fait œuvre germaine. Cela viendra peut-être car l’homme est corrompu et corruptible).

Dans le but de fortifier cette campagne, il avait envoyé à Christiania un journaliste, Rjensky, avec mission de s’entendre avec Eliadou, le moine qui gouverna la Russie avant Raspoutine et que ce dernier a vaincu en l’obligeant à fuir le pays.

À son retour, Rjensky fut arrêté à la suite d’un attentat contre Raspoutine. On perquisitionna et l’on trouva chez lui un chèque de soixante mille roubles et cinq revolvers. Le journaliste fut condamné et le ministre fut obligé de se retirer.

Un Polonais venu me voir ce matin se demande avec anxiété si les Allemands ne mettront pas à exécution le plan qu’ils forment depuis longtemps d’enrôler les hommes valides dans la Pologne envahie. Ce ne serait pas quatre cent mille hommes que les Allemands trouveraient ainsi mais un million. La retraite fut si rapide que les Polonais se cachaient comme ils pouvaient et revenaient derrière les troupes se réinstaller dans leurs villages. Comment se battraient-ils, c’est une autre question, mais, comme le disait notre homme, il faut toujours songer que des paysans n’ont guère d’autre horizon que ce qui se passe autour d’eux. Du moment qu’ils peuvent faire leurs affaires dans leur langue, qu’ils conservent leur église et leur religion, ils ne s’inquiètent guère de ce qui se passe à Varsovie ou à Pétrograd. Les Russes feraient bien de faire attention à cette situation et de ne pas retirer d’une main ce qu’ils donnent de l’autre.

Good bye, old man.

Et

[1] Il s’agit de Léon Geoffray. Diplomate. Ambassadeur de France en Espagne.

[2] Il s’agit de Georges Leygues. Cf. lettre du 2 avril 1916.

[3] Grigori Raspoutine (1869-1916). Aventurier russe ayant acquis une réputation de starets et guéri le tsarévitch Alexis. Il est protégé par l’impératrice Alexandra Féodorovna. Il est assassiné par le prince Ioussoupov en 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *