4 avril 1916

4 avril 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Je te parlais hier au soir de l’opération de Vauréal. Je suis retourné le voir aujourd’hui. Tout va bien, jusqu’ici pas de fièvre et l’on espère qu’il sera complètement débarrassé. L’opération a été beaucoup moins grave que nous ne l’avions craint. Elle s’est bornée à l’ablation d’un appendice extrêmement malade, très enfoncé dans le petit bassin, avec des adhérences. Ce fut une opération plus sévère que dans les appendicites ordinaires car elle a duré environ une demi-heure, mais enfin cela s’est borné à une opération très classique.

Je te parlais hier de la Belgique, c’est curieux comme, une fois certaines questions soulevées, tout semble s’y rapporter. Un de mes collaborateurs nous a porté ce matin une correspondance expliquant l’opinion belge et, en me remettant le papier, m’a dit que Carton de Wiart [1] aurait eu le plus grand désir de la voir publiée dans les Débats. L’article n’avait pas de signature mais il était écrit par Pierre Nothomb [2]. En substance, il affirmait que la Belgique ne pouvait revivre et être assurée de la paix qu’à la condition d’aller jusqu’à la Moselle.

Je crains d’avoir cruellement mortifié mon rédacteur car je lui ai rendu son papier en lui disant que le moment ne semblait pas venu de partager des territoires, que c’était en ce moment pure folie de soulever ces polémiques dans les journaux. Si le gouvernement belge veut lancer ces projets-là, il a son journal, Le XXe Siècle. Je ne sais pas ce que pense Beyens. Il est certain que, représentant le gouvernement de Brocqueville, il ne saurait avoir d’autre idée que celle de son chef, mais je crois savoir qu’il ne parle de ces questions-là qu’avec beaucoup de modération. Il en est de même pour la neutralité. Je crois t’avoir dit hier déjà que, du reste, tout le gouvernement belge n’est pas d’accord. C’est sans doute à cause de cela que l’on aurait désiré une publication dans les Débats. Le fait même de l’avoir accueilli, quoique donné comme représentant l’opinion belge, était une sorte d’engagement.

On s’était étonné de voir Asquith aller à Rome après la Conférence de Paris et l’on se demandait ce que voulait dire un semblable voyage, les résolutions ayant été définitivement signées et paraphées. On n’avait pas réfléchi que l’orgueil italien ne s’accommoderait jamais et ne ratifierait pas une convention pour laquelle il aurait fallu venir en France, donnant au gouvernement une prépondérance quasi mondiale. Les susceptibilités de l’opinion se seraient éveillées, et c’est pour prévenir ce résultat que la combinazione du voyage Asquith a été imaginée. Le Premier ministre anglais allant ainsi rendre hommage à l’Italie, c’était une satisfaction d’amour-propre que l’on donnait au peuple et qui effaçait, ou du moins atténuait, toutes les méfiances traditionnelles de l’Italie à l’égard de la Grande-Bretagne.

J’ai reçu aujourd’hui la visite de Xavier de La Rochefoucauld. Il a entendu parler, dit-il, du désir du gouvernement de trouver des gens à envoyer en mission, et lui aussi éprouverait le désir d’en obtenir une. Sa grande idée serait toujours Rome qu’il croit connaître et sur laquelle, hélas pour lui, il se blouse entièrement. L’envoi de Polignac va faire naître des tas de convoitises.

Au revoir, mon vieux.

Ton affectionné

Et

[1] Henry Carton de Wiart (1869-1951). Belge. Comte. Écrivain. Homme politique et diplomate. Député catholique de Bruxelles depuis 1896. Ministre de la Justice (1911-1918).

[2] Pierre Nothomb (1887-1966). Belge. Baron. Avocat. Homme politique. Écrivain, poète, essayiste et journaliste. Durant la guerre, il est attaché au gouvernement belge du Havre, à Sainte-Adresse, et rédige des textes de propagande. Il fonde la Grande Belgique qui prône l’annexion d’une partie de l’Allemagne et du Limbourg hollandais, ce qui conduira les Pays-Bas à préparer une attaque militaire contre la Belgique. Membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *