28 février 1916

28 février 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Ta lettre du 26 m’arrive à l’instant. Je vois que vous venez de changer subitement. Je dois avoir une ou deux lettres qui sont à ta poursuite et je ne t’écrirai donc un peu longuement qu’aussitôt que je saurai les communications rétablies. Néanmoins, je ne laisserai pas interrompre la bonne habitude prise de t’écrire chaque jour. Mes missives t’arriveront à la fortune du pot et sans beaucoup de détails.

Verdun continue à être la question passionnante. Les journaux en sont pleins, naturellement, et comme cela se comprend. À la Chambre, on est dans le même état d’esprit bête et mauvais. Tous ces gens qui ont déjeuné confortablement discutent. On reproche tout au Commandement. On n’a pas fait assez de chemins de fer stratégiques, les transports de munitions n’ont pas été suffisamment prévus, enfin toutes les petites vilenies si ce ne sont pas de grosses infamies. Les ambitions avaient vu poindre leur aurore avec un désastre ou tout au moins un insuccès.

On me met au courant d’un coup de téléphone donné par C. à minuit. Il y disait la violente attaque allemande, la résistance excellente de nos troupes et une contre-offensive de notre part pour ce matin. Depuis, je n’ai pas de nouvelles.

Si tu lis l’article de Clemenceau [1] ce matin, tu seras édifié sur les sentiments de cet affreux pitre. Tout ce que je viens de te dire s’y reflète. Néanmoins, dans son vitupérage quotidien, il y a une partie de bon sens lorsqu’il parle de la lenteur des Allemands dans leurs opérations et de leur organisation en arrière après une action. Peut-être y a-t-il quelque chose à surveiller.

Hier dimanche, la commission de l’Armée s’est réunie au Sénat. Elle avait été convoquée d’urgence par Chéron [2] affolé par les nouvelles et n’ayant pas même attendu d’avoir des renseignements véritables. Sur le bruit fait par la radio allemande, il avait éprouvé le besoin de convoquer d’urgence samedi pour le lendemain.

Dans la suite, des nouvelles plus sérieuses sont arrivées et la réunion n’avait plus d’objet. Les sénateurs y sont venus néanmoins et l’on s’y est copieusement disputé. Les projets n’ont pas été discutés mais chacun y a apporté ses opinions stratégiques en les défendant avec violence.

Ceci te prouve le danger que représentent ces parlementaires brouillons, désireux de faire parler d’eux et qui n’attendent que l’occasion de se mettre en avant, incapables de discerner le mal qu’ils font au pays.

Ton vieil

Étienne

[1] Le Tigre crée un journal durant la guerre intitulé l’Homme libre. Censuré, ce journal devient l’Homme enchaîné. Clemenceau reste mal vu en 1916 et garde son image de « Tombeur de ministère ».

[2] Henry Chéron (1867-1936). Avocat. Homme politique. Ancien ministre, il est sénateur du Calvados depuis 1913.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *