24 février 1916

24 février 1916 [1]

 

Tu dois t’imaginer, mon cher Pierre, combien les langues marchent et comment les bruits les plus divers circulent.

À 9 h du soir, hier, Vauvineux me téléphone pour me demander si j’ai des nouvelles. Il a entendu dire que nos troupes étaient dans une situation critique. Je lui donne les renseignements que je crois t’avoir écrits et que je tenais de la Chambre. Je lui demande de quelle source il tient ces alarmants pronostics. – Du Sénat, me répond-il. Vous étiez au Sénat ? – Non, c’est au Jockey et d’abord à l’Union. – Bien.

À midi, aujourd’hui, des femmes de théâtre me téléphonent, affolées : Il paraît que Verdun est pris. Est-ce vrai ? – Je leur lis un embryon du communiqué que j’avais eu à midi par faveur.

Mon barbier me dit qu’à la boulangerie un homme à accent étranger disait devant sa femme et les ménagères qui se trouvaient dans la boutique : Verdun, mais les Allemands vont le prendre en cinq sec. Les forts [2] ne peuvent pas tenir, c’est une affaire courue.

Ce soir, on me dit de la Chambre qu’un téléphone de Joffre est bon et que le sous-préfet de Verdun [3] annonce la reprise par la contre-attaque du Bois des Caures [4]. On est content parce qu’on a réussi à fixer l’attaque. On s’est replié à cause d’une batterie placée à Mortaque et pour ne pas sacrifier du monde inutilement. Ce fut, paraît-il, une boucherie d’Allemands. Voilà où j’en suis en ce moment et il est 8 h. J’aime mieux rester sur ces dernières nouvelles. Pour peu que je reçoive encore deux ou trois coups de téléphone, je passerai une nuit blanche.

Je m’aperçois, mon vieux Pierre, que je te parle de la guerre, tu dois en savoir plus que moi. Je réfléchis que Roger [5] doit être en plein dans la bagarre et te racontera tout cela par le menu. J’allais oublier de te raconter un petit fait curieux. J’ai rencontré ce matin Monis [6] : Eh bien, M. le Président, nous voici en plein dans l’offensive. – Oui. Oui. – Somme toute, malgré quelques faiblesses, nous tenons. – Oui. Oui. – Que pensez-vous ? – Je regrette que les gens qui sont à Salonique ne soient pas là. – Comment, M. le Président, mais si nous avions quitté Salonique…, etc. – Vous avez tout à fait raison, mais je regrette que les gens qui sont à Salonique ne soient pas là. Sarrail connaissait Verdun admirablement. Vous ne vous doutez pas de l’admirable façon dont il l’avait défendue une première fois, il devrait être là. Les gens, c’était Sarrail et sans doute son bureau politique.

Un de mes collaborateurs qui m’a représenté ce matin au déjeuner anglais a causé avec Briand. Ce dernier lui a dit qu’évidemment l’affaire était sérieuse – Mais enfin, M. le Président, nous tenons ? Parbleu si nous tenons, mais cela coûte cher.

Amitiés.

Et

[1] Le 24 février 1916 est une journée cruciale. La deuxième ligne française est prise.

[2] Les forts étaient en partie du type Seré de Rivière et avaient en effet mauvaise réputation.

[3] Le sous-préfet de Verdun est alors Jean-Charles Grillon (1875-1924) depuis le 31 janvier 1914.

[4] Le Bois des Caures se situe près de Douaumont (Meuse).

[5] Roger Luzarche d’Azay (1872-1962) est le frère de Marguerite Luzarche d’Azay, épouse de Pierre Lebaudy. Il est donc le beau-frère de Pierre Lebaudy. Militaire de carrière. Officier.

[6] Ernest Monis (1846-1928). Avocat à la cour d’appel de Bordeaux. Homme politique. Député radical (1885-1889), puis sénateur de la Gironde (1891-1920). Ministre de la Justice (1899-1902). Ancien vice-président du Sénat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *